Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Tout Moi

  • : Et pourtant...
  • Et pourtant...
  • : Tu es beau, intelligent, riche et sévèrement membré ? Comme moi ! Tu es donc ici chez toi, fidèle lecteur ! Tu es blonde à forte poitrine (ou même brune à petite poitrine), bienvenue aussi, fidèle lectrice !
  • Contact

Profil

  • whynot

On tape la discute sur msn ?

A Lire, À Relire

20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 15:16

MAUS

 

 

C’est effectivement cette bd qui a recueilli le maximum de suffrages de la part du jury au dernier festival d’Angoulême…. Mouais… Ben si j’avais été dans le jury, j’aurais pété LE scandale !!! Selon moi, cet ouvrage est LOIN de mériter le Grand Prix qui lui a été attribué il y a trois semaines de ça… Enfin bon, j’dis ça, j’dis rien hein (comme dirait Jayce) !

 

maus_hc.gif

 

Alors, pour commencer, parlons un peu de l’auteur, Art Spiegelman,  Ce « prolifique » auteur (pensez donc, 8 ouvrages en 40 ans de carrière, c’est ENORME) n’a brillé que par son implication dans la bande dessinée underground américaine dans les 70’s (ce qui, j’avoue, est déjà pas mal) ainsi que par la parution de « Maus », l'œuvre dont il est question aujourd’hui et qui lui a déjà valu le Pulitzer en 1992 et l’Alph-Art (prix du meilleur album de l’année au festival d’Angoulême) en 1993. Je pense que c’est là l’essentiel à connaître pour les profanes de l’individu (dont je suis). On peut également dire qu’il est né le 15 février 1948 à Stockholm et qu’il a une tête de gland ce qui, convenons-en, ne fait guère avancer le débat ! Par contre, et je suis sûr que l’anecdote plaira à ceux de mon âge : il a aussi illustré de nombreux et divers autocollants et paquets de cartes à collectionner (les Garbage Pail Kids qui, en France, devinrent les…. Crados ! Et ça, c’est la classe) !

 

art_spiegelman_2007.jpg(c'est l'auteur hein, par un des Crados)

 

Bref, ceci étant dit, penchons-nous à présent sur Maus…

 

De prime abord, cette bd ne ressemble pas à une bd, mais plutôt à un roman (de par le format seulement). Impression déjà ressentie avec « Black Hole », de Charles Burns (un autre américain) récompensé au festival d’Angoulême en 2007. Autre similitude, l’absence de couleur à l’avantage du noir et blanc (ce que je peux apprécier si l’histoire le nécessite, comme c’est le cas dans ces deux cas).

 

Autre impression négative : l’odeur ! Quand j’ouvre une bd, habituellement, une odeur agréable s’en dégage. Là, non, ça sent le plastique, SACRILEGE !!! Mais le pire, à mon goût, c’est de sacrer un album paru il y a plus de 20 ans ! Je trouve que ça retire toute crédibilité au jury sur ce coup là… Enfin bon, ce n’est que mon avis…

 

Quant au prix, 30€, je trouve ça un peu abusif ! Pour un bouquin de 300 pages, ça nous fait la page à 10cts, ce qui fait cher la ramette !  (« Black Hole » au moins, est plus rentable : 29.90€ pour 350 pages… et encore, comme vous le savez tous, je suis un nanti !!!)

 

Pire encore : Manu Larcenet était en lice pour remporter ce prix et je trouve inadmissible qu’il ne l’ait pas eu ! Mais bon, fi de cette partialité qui ne me sied guère et faisons comme si…

 

Bref, vous l’aurez compris, sur la forme, je ne suis pas vraiment emballé (pour ne pas dire que je trouve ça carrément à chier)… Mais sur le fond, sans déconner, c’est quand même un putain de bon bouquin (avec toute la retenue dont je suis coutumier… ou pas) !!!

 

« Maus » est un peu autobiographique ; c’est l’histoire de Art Spiegelman qui interview son père, d’obédience juive, rescapé des camps de concentration, afin d’en faire une bande dessinée (de l’histoire, pas de son père, suivez un peu merde alors). Ce qui donne lieu à quelques mises en abîme plutôt adroites (planches 102 à 105, pour savoir de quoi je parle, « z’avez » qu’à lire le bouquin).

 

maus05.jpg

 

On suit donc, de flashback en flashback, la vie de Vladek Spiegelman, de sa Pologne natale au début des années 30, jusqu’à sa sortie du camp d’Auschwitz en 1944, sa fuite en Suisse puis son arrivée aux Etats-Unis. C’est une période sombre de l’Histoire et le trait de Spiegelman sert admirablement bien la narration.

 

On connait (plus ou moins) les horreurs dont a été victime le peuple juif en ces temps obscures, le témoignage de Vladek y apporte une dimension supplémentaire. Le marché noir, les cachettes sommaires, les combines pour dénicher un bout de pain, une plaque de chocolat ou autre denrée rare afin de les monnayer contre une chaussure, une ceinture ou un peu de protection. L’horreur des camps, leur quotidien, les différentes « brimades » (et le mot est tellement faible), le fonctionnement des « douches » puis des fours… La séparation des familles, la mort omniprésente… La lâcheté de certains juifs, l’humanité de certains allemands.

 

254186146.jpg

 

Comme je l’ai déjà dit ailleurs, « on ne se marre pas à toutes les pages »… Et pourtant, mâtin, l’humour a également sa place. Et c’est bien là le paradoxe : le drôle côtoie l’horrible. L’anthropomorphisme est pas mal foutu aussi : les juifs sont des souris, les polonais sont des porcs, les alliés sont des chiens et les allemands, bien sûr, sont des chats… On croise également un français : caricaturé en grenouille, forcément !

 

52593695.jpg

 

Si je devais donner une note à cette bd, je mettrais un 14/20 ! Par contre, JAMAIS je ne lui aurais attribué le Grand Prix d’Angoulême… en même temps, on ne m’a (encore) jamais proposé de faire parti du jury… ce qui est dommage, j’aurais accepté avec grand plaisir !

Autre ombre au tableau : en tant que grand gagnant cette année, Spiegelman sera président de l’édition 2012 du festival d’Angoulême… ben ça fait peur quand même ! Quand la présidence du festival avait été confiée à Joann Sfar en 2005, l’originalité, la nouveauté et la bonne humeur étaient de mise, j’ai peur qu’au contraire, avec Spiegelman en 2012, on se fasse bien chier comme il faut !

 

 

jpg_MAUS_3.jpg


Mais tout cela n’est que mon avis ! Procurez-vous le bouquin et donnez-moi le votre (d’avis, pas de bouquin, bande de sots)… FLB, dès qu’on remonte, je te le prête pour que tu me donnes le tien (D’AVIS, pas de bouquin, vous êtes chiants à la fin !!!)

Partager cet article

Repost 0
Published by whynot - dans Mes bd
commenter cet article

commentaires

FLB 20/02/2011 17:45



Avec plaisir !


Tu vois, c'est comme ce qu'on disait, sur une autre "plateforme"....niveau critique et connaissance BDesque..


Putain, Hans, fait quelque chose !!!


Sinon, c'est qui, ce Manu... machin, là, dont tu parles ??



whynot 23/02/2011 21:20



Dès que je sais quand on remonte, je te dis quoi et le mets dans la valise !


 


Je veux bien faire quelque chose, mais quoi, c'est là la question...


 


Manu Larcenet, la relève, ignare !!!