Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Tout Moi

  • : Et pourtant...
  • Et pourtant...
  • : Tu es beau, intelligent, riche et sévèrement membré ? Comme moi ! Tu es donc ici chez toi, fidèle lecteur ! Tu es blonde à forte poitrine (ou même brune à petite poitrine), bienvenue aussi, fidèle lectrice !
  • Contact

Profil

  • whynot

On tape la discute sur msn ?

A Lire, À Relire

28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 08:37

Évidemment, ce titre n'est pas de moi mais des Charlots (en même temps c'est ce qu'il faut être pour tenir de pareils propos : un Charlot) !

 

charlots-1.jpg

('sont beaux hein...)

 

Mais rassurez-vous, ce n'est pas pour vous replonger dans les heures les plus sombres de la chanson française (Charlots et Nicolas Peyrac en tête) que je viens soliloquer ici, mais pour parler travail (ce qui, par une incroyable coïncidence n'est pas sans rappeler le titre de ce papier, avouez que ça tombe plutôt bien non ?!? Putain, y'a parfois de ces hasards tout de même !!!).

 

 

 

Hier (c'est à dire mercredi, j'ai "un peu" de retard au niveau du recopiage et je m'en excuse platement), alors que j'étais au taf et que je me faisais chier plus sûrement qu'une boite de microlax n'aurait pu le faire, plusieurs pensées m'ont traversé le crâne (sans même s'entrechoquer tellement il y a de la place là-dedans) :

 

1/ Qu'est-ce que je fous là ?!? Je ne suis pas certain d'être parvenu à trouver une réponse suffisamment satisfaisante à cette interrogation ô combien profonde... Las d'y réfléchir, je me suis contenté de cette hypothèse : parce qu'il n'y avait pas le "Mentalist" à la tv et, plutôt que de m'abaisser (et m'abrutir par la même occasion) à mater du foot (ma tv est bloquée sur TF1, vous imaginez la torture pour les pauvres neurones qui me restent ?!?), j'ai préféré aller au taf... à moins que ce ne soit l'unique solution qui me soit offerte pour gagner un peu d'argent (ou plutôt devrais-je dire "pour-gagner-de-quoi-payer-la-pension-alimentaire-et honorer-quelques-prélèvements"... et, les bons mois, réussir à m'acheter un paquet de clopes) !

 

2/ Ai-je déjà connu travail aussi rébarbatif ?!? Cette fois, plutôt qu'une simple hypothèse, j'ai préféré me pencher (mais pas trop non plus, je suis sujet au lumbago chronique) plus sérieusement sur la question ! Il m'a donc fallu remuer mon passé professionnel et secouer un peu la boite à souvenirs, histoire de faire le point sur les différents boulots que j'ai pu exercer au cours de ma longue carrière... Un passé que je vais partager avec vous, fidèles lecteurs (ou du moins ce qu'il en reste) !

 

http://www.homme-moderne.org/rienfoutre/attention/ADTG.jpg

(tu m'étonnes...)

 

Je vous fais grâce de mes trois premières expériences professionnelles à 6, 8 et 10 ans quand, respectivement, j'ai travaillé en Chine chez Nike pour coudre des ballons de foot, j'ai poussé des wagonnets dans une mine de charbon dans le Nord et comme enfant de coeur (mais je n'ai fait que 3 jours, je craignais pour ma virginité anale), ma tendre enfance digne d'un roman de Zola ne concernant que moi !

 

Bref, à l'époque ou les premiers poils vinrent orner mon menton (et dire qu'à l'époque j'en étais fier et qu'aujourd'hui, sur la tête de Saint Gilette, je tuerais pour être aussi glabre qu'un peau-rouge), c'est à dire vers 15 ans, pendant les vacances scolaires, j'ai connu les premières "joies du travail" et ce en tant que "bétravier" ! Tout du moins est-ce ainsi que je qualifiais ce job d'été qui, en gros, consistait à arracher les mauvaises herbes dans deux ENORMES champs de betteraves. Nous étions deux, un pote (le fils de l'exploitant agricole propriétaires des champs en question) et moi. Comme c'était un taf "un peu" au noir (vu notre jeune âge), en guise de salaire, nous avons eu un Amstrad CPC 6128 chacun (ceux de ma générations savent à quoi je fais allusion,pour les autres, il y a Wikipédia). Bon, c'était pas facile, certes, mais c'était pas le bagne non plus !

 

Période : un mois (durant l'été 1989)

Horaires : de 8h à 18h

Salaire : un ordi

Ambiance : nickel, j'étais avec un pote et mon patron était un pote de mon père !

Note : 14/20

 

http://www.animafac.net/assets/Uploads/1018-betterave.png

("Attention, betteraves" ! C'est super dangereux, surtout quand ça protège sa portée ou que c'est blessé)

 

L'été de mes 16 & 17ans, j'ai bossé dans la boite au sein de laquelle officiait Maman-Whynot à l'époque. Bon, après vingt ans, il y a prescription : j'avoue que j'en n'ai pas foutu lourd (mais n'allez surtout pas le répéter à ma mère, elle s'en fout de la prescription elle) ! En fait, régulièrement, je mettais volontairement en panne la machine sur laquelle je travaillais et pendant que le ménano (qui a son importance pour la suite alors suivez bien) la réparait, je m'enfermais aux toilettes pour fumer clope sur clope (obligé de me cacher, ma mère ne savait pas que je fumais... d'ailleurs je ne lui ai toujours pas dit alors motus hein !!!), calculer le montant de ma future paye et imaginer ce que j'allais claquer par la suite chez Sport 2000 !

 

Période : étés 1990 & 1991

Horaires : équipe du matin

Salaire : je sais plus, mais assez pour m'acheter un magnifique jean Quicksilver, un polo Oxbow, un baladeur CD, une salopette trop stylée, etc, etc, etc....

Ambiance : je bossais tout seul dans mon coin (sauf quand je faisais intervenir le mécano), donc bien !

Note : 11/20

 

http://www.sudrhoneenvironnement.org/var/plain/storage/images/media/images/barquette_polystyrene/3268-1-fre-FR/barquette_polystyrene.jpg

(je fabriquais des barquette en polystyrène,destinées à "la-star-du-steack-haché")

 

A 18 ans j'ai quitté ma province, je suis parti accomplir mon devoir de citoyen en tant que commando dans l'armée de l'air. J'ai maintes fois abordé ici ce que je pense de cette merde du service militaire, donc, pour de plus amples détails, veuillez vous référer à l'EXCELLENT "Presque " (paru aux éditions "Les Rêveurs", dans la collection "On verra bien") de l'EXCELLENTISSIME Manu Larcenet ! Toujours est-il que pendant 10 mois, j'ai appris quelle était la meilleure manière de ramasser des mégots de clopes...

 

Période : 10 mois (de début décembre 1992 à fin septembre 1993)

Horaires : idem...

Salaire : 456 francs par mois (soit un peu moins de 70€...)

Ambiance : de merde

Note : 0,5/20

 

http://iddbd.canalblog.com/images/Couv_Presque.jpg

(attention, chef d'oeuvre !!!)

(ps : je ne m'abaisserais pas à mettre une tof de la grande muette, la salope)

 

Bref, une fois sorti de ce merdier, permis en poche, j'ai trouvé un premier vrai job : coursier ! La boite était à 15 bornes de chez moi mais je m'arrêtais en route pour ôter le "90" que j'avais au cul (l'ancêtre du "A") pour ne pas effrayer mes patrons (je n'avais mon papier rose que depuis 3 mois) afin qu'ils continuent sans crainte à me confier le volants des bolides qui composaient le parc automobile de la société tel que R25 Courchevel et autre 405Mi16 (vous marrez pas, à l'époque, en 1994, c'était de la bonne bagnole ça) J'arrivais le matin, j'avais un tas de post-it sur mon bureau représentant diverses missions (genre déposer des chèques à la banque, aller faire le plein et/ou laver tel ou tel véhicule, aller chercher divers matériaux, etc.) à moi de m'organiser pour faire tout dans la journée. Un matin, j'ai même eu une note "aller en Suisse pour déposer une pièce de machine" ! Le seul hic, c'est que ça n'a duré que le temps d'un remplacement... tu m'étonnes, le mec que je remplaçais n'aurait jamais lâché sa place !!!

 

Période : Février et juin 1994

Horaires : journée

Salaire : le SMIC de l'époque, soit 6000 fcs brut mensuel.

Ambiance :excellente, je bossais seul et n'avais que peu de compte à rendre.

Note :14/20

 

http://405t16.free.fr/images/gendarmerie/PEUGEOT%20405%20MI16%20%281995%29%205.JPG

(c'est ça une 405Mi16, mais celle que je conduisais était rouge...

...et moins bien décorée que celle-ci dont on sent que le propriétaire a le tunning dans la peau !)

 

A 19 ans, Je suis rentré en tant qu'employé libre service dans une grande surface de Vitryol dont je tairais le nom, par un concours de circonstance que j'ai remporté, et ce haut la main ! Le patron de l'époque avait besoin d'un mec, il s'est adressé à l'oncle du voisin d'une connaissance du grand père du fils du collègue de mon père... mais comme celui-ci n'était pas dispo, c'est moi qui ai eu le poste ! C'était un travail ingrat et mal payé (voir plus bas) mais avec pas mal d'avantages en nature... mais pas que des bons puisque là que j'ai rencontré (entre autre) celle qui allait devenir ma femme (et entre nous, ceux qui sont dans la branche, et je ne parle pas des singes, ne me démentiront pas : c'est trop facile de draguer dans ces conditions) !!!

J'ai bossé là-bas jusqu'à mes 26 ans (et 14 jours), date à laquelle j'ai donné ma démission, plus par solidarité avec celle qui, entre temps, était devenue ma femme que par envie. C'était en juillet 2000, ce fut donc mon bug à moi en quelques sortes !

 

Période : septembre 1994 à juillet 2000

Horaires : journée, 6 jours sur 7

Salaire : 5600 fcs les bons mois (soit environ 850€)

Ambiance : très bonne avec la moitié des 200 employés (je vous laisse donc faire le calcul quant au pourcentage de cons), très "mitigée" avec certains patrons que j'ai vu défilé.

Note :13/20

 

http://monsu.desiderio.free.fr/champignac/VieChereLeclerc.png(no comment !)

 

Jusqu'à février 2001, date à laquelle j'ai commencé mon prochain VRAI boulot, j'ai pas mal zoné ! En six mois, j'ai bossé dans DEUX usines de tuyaux d'arrosage (une semaine dans l'une, deux mois dans l'autre à enrouler huit heures par jour des tuyaux... si ça c'est pas un bon boulot de merde !),  en tant que "courtier-indépendant-en-placements-et-assurances", l'autre nom plus usité de "arnaqueur professionnel" (15 jours avec le costard, l'attaché-case, les cartes de visite, la totale quoi), j'ai nettoyé les filtres à air des moteurs d'une usine de craie (2 jours) j'ai même déchargé de la bidoche dans un abattoir (l'horreur dans toute sa splendeur, à cause de l'odeur, j'en étais devenu végétarien)... jusqu'à février donc où j'ai trouvé LE taf !

 

http://a10.idata.over-blog.com/1/15/29/50/Sept.-2008----Sept.-2009/anpe-chomage-offre-raisonnable-emploi.gif

 

Ce qui, à la base, n'étais qu'un "boulot alimentaire" est vite devenu le taf où je me sentais bien (et c'est par le biais du mécano qui dépannait ma machine il y a plusieurs années que j'y suis rentré, dingue non ?!?) ! Je m'entendais super bien avec mes collègues tout comme avec ma hiérarchie, mes mérites étaient reconnus à leur juste valeur et, en plus, comme mes résultats étaient plutôt bons, on me laissait lire des magazines, des bd, résoudre mes logigrammes (et même qu'à côté, les sudokus force 17, ça fait baltringue) écrire (des papiers pour mon blogs par exemple, c'est d'ailleurs l'un deux qui m'a valu quelques soucis avec mon DRH...

On m'a proposé plusieurs formations, j'ai été augmenté régulièrement, on m'a confié des responsabilités et... j'ai démissionné, la seule erreur que j'ai faite dans ce taf, car la raison était la pire qui put être : j'ai démissionné pour rejoindre une "gonzesse" (ce n'est pas le terme le plus approprié, mais je me refuse à utiliser un langage et des métaphores peu flatteuses indignes d'un homme de mon rang)...

 

Période : février 2001 à juillet 2008

Horaires : 3 x 8

Salaire : en moyenne, tout compris, aux environs des 1600€ mensuels.

Ambiance : simplement excellente !

Note :17/20

 

http://www.programme-presidentiel.com/wp-content/uploads/2008/09/1197568712.jpg

(c'était très convivial dans les vestiaires, très... gai quoi !

Et oui, c'est connu : Why aime scier !!!)

 

Nous sommes en 2008, j'ai quitté le taf et ai émigré dans une ville de merde (Georges Frêche si tu me lis... enfin...si l'ordi supporte la chaleur d'où tu es)... mais il y avait tout de même UN avantage : il y a pas mal de boulot à prendre là-bas à qui veut bosser !

J'ai donc exercé mes (relatifs) talents de cariste en tant que préparateur de commandes en fruits et légumes, et ce sur un malentendus (presque) involontaire... En effet, j'avais indiqué sur mon CV que je possédais plusieurs CACES (autorisation de conduite des chariots élévateurs), dont le 1, que je n'ai jamais eu, et j'ai été pris !

En même temps la boite qui m'a embauché ne pouvait pas trop se permettre de faire la difficile, personne ne voulait y bosser et les intérimaires qui y étaient passés ne lui faisait pas la meilleure pub qui soit... Et pourtant, mâtin, je m'y suis bien plu ! Niveau horaires, c'était un peu la misère, mais niveau ambiance et salaire, c'était le pied (pointure 51) !

 

Période : aout à octobre 2008

Horaires : 6 jours sur 7, parfois le dimanche, de 16h à 2 ou 3h, voire plus.

Salaire : 1 800€ (et ouais)

Ambiance : une équipe de jeunes de mon âge (pléonasme) sympa (forcément, il n'y avait que des "émigrés comme moi), zik à donf, marrade tout le temps !

Note :15/20

 

photo-drole-04.jpg

(l'illustration n'a aucun rapport, c'est juste que je la trouve drôle, voilà !)

 

 

Mais bon, j'ai du aussi quitter ce job car je devais remonter en Champagne un mois pour raisons personnelles d'une part (donc vous n'en saurez pas plus, bande de voyeurs) et pour les vendanges d'autre part (comme je le fais depuis plusieurs années déjà). De retour à Fucking-shit-Town, j'ai mis mes multiples talents au service d'un grand groupe mondialement connu et dont je tairais le nom (parce qu'il n'y a aucune raison pour que je fasse de la pub gratuitement à Areva). Mouais, peut mieux faire... Le hic venait du fait que j'étais formé par deux mecs dont un à qui je devais prendre la place à la fin de ma formation... et en plus ils s'entendaient super bien... du coup ça m'a gavé ! Je devais travailler, un jeudi si ma mémoire ne me fait pas défaut, je suis passer à la boite, j'ai dit que j'étais malade et que de toute façon je n'avais plus envie d'y aller, je suis rentré chez moi, j'ai préparé mes affaires et je suis remonté en Champagne définitivement ! (suis comme ça moi)

 

Période : novembre à décembre 2008 

Horaires : 2x 8 (matin et après midi)

Salaire :1 200€

Ambiance : de merde !

Note :05/20

 

http://3.bp.blogspot.com/_7PmU9f510W0/SZNSttvXKLI/AAAAAAAACys/rAp7aRSM4aM/s400/Lauvergeon+copie.jpg

(tout à fait d'accord !)

 

Retour en Champagne, retour à l'abattoir ; mais cette fois pour un boulot un peu plus glorieux : nettoyeur ! Ouaip, de la viande toute sanguinolente dont il fallait effacer les traces, ça ne vous dit rien...? Et ouais, comme Jean Reno dans "Léon" !!! Bon, en fait c'était un peu moins rock n' roll puisque mon boulot consistait à laver des caisses en plastique qui venaient de contenir de la viande (principalement pour steak haché). Un coup de jet d'eau, un passage dans une machine prévue à cet effet et le tour était joué, peinard quoi ! Seul inconvénient : l'odeur, ça sentait la mort (à tous les sens du terme d'ailleurs). Idem, on m'a proposé de rester, mais à un autre poste : ouvrir les bêtes qui venaient de se faire abattre... j'ai fui en courant !!!

 

Période : février à mars 2009

Horaires : 2x 8 (matin et après midi)

Salaire :1 200€

Ambiance : tranquille, je bossais tout seul dans mon coin.

Note :10/20

 

http://humour-fun.net/photos/824.jpg

 

 

Quelques semaines plus tard, on est venu me supplier d'accepter un poste de chauffeur-livreur dans une entreprise locale spécialisée dans la  boisson, la cocaïne, héroïne, herbe, traite des blanches, prostitution, vente d'arme, j'en passe et des moins glorieuses ! Je ne m'étendrais guère sur le sujet, à l'instar des murs qui ont des oreilles, les blogs ont des yeux (avoir des ennuis avec la mafia vitryolée, c'est signer son arrêt de mort, celui de sa famille, de son chat, de ses amis et de sa vertue anale). A la fin de mon CDD, je me souviens que mes patrons se sont jetés à mes genoux pour que je reste, ils m'ont proposé des actions, des subprimes, des parties fines chez les Durand (qui, à l'instar des soirées chez l'ambassadeur, sont toujours un succès) mais le fait que je devais "quitter le coin" pour rejoindre ma chérie dans son Poitou natal et, surtout, le harcèlement sexuel dont j'ai été victime ont pesé dans la balance ! Pour se venger, ils ont hésité entre me couper les doigts et empoisonner mes moules-frites à la Saint Martin (oui, je sais, c'est d'une bassesse sans nom)... j'ai toujours mes doigts, mais la Saint Martin 2009 restera mémorable !!!

 

Période : avril à novembre 2009

Horaires : journée

Salaire : secret défense !

Ambiance : SOCIALIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIISTE !!!!!!!!

Note :19/20(à un "Caliméro" prêt, on avait le 20/20)

 

 

(on livrait aussi de la bière, RHA LOVELYYYYYYYYYYYYYY !!!)

 

Et nous voici en 2010, dans le Poitou ! C'est marrant, autant la Champagne, ça fait rêver, on pense tout de suite au divin élixir du même nom ; autant le Poitou ça fait cauchemarder, on pense tout de suite à Ségolène Royal (le point commun entre les deux, c'est que si on en abuse, ça saoule) ! Bref, j'ai à peine mis 15 jours à décrocher un job qui, au départ, me plaisait bien : "animateur d'équipe", niveau se situant entre l'ouvrier lambda (qui n'est pas le nom d'un ouvrier italien) et le chef d'équipe, dans une boite agro-alimentaire. ça s'est plutôt pas mal passé, même si ce n'était pas tous les jours facile... Je pensais qu'en tant que responsable, j'allais me la couler douce, en fait, c'était plutôt l'inverse, je courrais partout ! Comme d'hab, le boss souhaitait me garder, mais j'ai mis fin à mon contrat mi juillet à cause d'une intervention chirurgicale du genou (je me suis pété le "ménix" au taf et comme je suis bien con dans mon genre, je ne l'ai même pas déclaré en accident de travail...).

 

Période : février à juillet 2010

Horaires : 2x8 (pourri) puis 3x8 (pas mal)

Salaire : SMMMMMMMMMMMMMMMIC (le M de "Minimum"est important)

Ambiance : spéciale...

Note : 12/20

 

http://www.zakstudio.com/wp-content/uploads/2009/06/hamburger-fesses.jpg

(en 3x8 je m'occupais des pains Mac Do, ceux du M...

j'aurais préféré m'occuper de ceux du sandwich ci-dessus !)

 

Remis sur pied mi-septembre, je suis retourné un mois en Champagne, histoire, entre autre, de faire les vendanges (comme je le fais depuis plusieurs années, je l'ai déjà dit et ai horreur de me répéter, alors suivez un peu merde alors). De retour dans mon Poitou adoptif, après un rapide passage dans les boites intérim du coin, j'ai été recontacté par ma boite précédente pour reprendre mon poste. J'ai accepté.

Néanmoins, je n'ai pas repris réellement mon poste...

Quand j'ai quitté ce taf, nous étions en 3x8 (donc 3 équipes), désormais nous sommes en 2x8 (donc deux équipes, logique) et je suis le chef de la 3ème équipe qui n'existe pas encore et sera mise sur pied lorsque nous repasserons en 3x8. Du coup, pour l'instant, j'occupe un poste d'ouvrier (avec un petit plus sur la feuille de salaire tout de même) et ce jusqu'à je ne sais pas quand...

Le hic, c'est que l'animatrice en place était auparavant "sous mes ordres" (et elle me pétait bien les couilles) et est désormais ma responsable (maintenant, elle me les brise plus que je ne le saurais dire).

Pour résumé : ma chef est lourde (et je ne parle pas du physique... quoi que j'aurais effectivement pu), ma paye est minable et, pastèque sur le gâteau, je me fais chier (mais à un point...)


 

Tout ce CV pour répondre à mes profondes interrogations pouvant se résumer en : "putain, qu'est-ce que je fous là ?!?" ! Je dois signer mon CDD ce lundi et franchement je me tâte... J'ai une période d'essai d'un mois (avec un préavis de 48 heures), si quelqu'un connait un autre quelqu'un qui cherche un troisième quelqu'un capable de travailler dans une librairie, un espace culturel, une maison close, un bar à putes, un coffee-shop, un magasin spécialisé en bandes dessinées, faites-moi signe, je suis preneur !!!

Partager cet article

Repost 0
Published by whynot
commenter cet article

commentaires

FLB 05/12/2010 17:21



Bocal...mdrrrr !!!



whynot 05/12/2010 18:46



Et oui, c'est là l'origine du surnom que je lui avais trouvé : Kal !



GENY 30/11/2010 10:10



Hans de cette période à P______s D_________n du 09/94 au 07/2000, j'éspére faire partis de la bonne moitiée des 200 employés. signé Kal.....



whynot 05/12/2010 15:49



Yes it is, beau Kal !



Champix 30/11/2010 08:38



C'était quoi déjà la seconde phrase : " ne rien faire c'est la conserver "...


 


Mais le problème, c'est qu'en ne faisant rien, il faut s'occuper... Les occupations, ça demande un peu de cailloux et sans boulot, ce ne sont pas
les cailloux qui courent les rues...


Remarque même en bossant pour une personne au Smic, c'est ultra chaud pour boucler le mois...



whynot 05/12/2010 15:49



C'est ça !


 


Tu as toujours besoin de pognon, quoiqu'il arrive...



FLB 29/11/2010 10:04



Déjà, c'est Henri Salvador qui a chanté "le travail c'est la santé" !!
Et Nicolas Peyrac, star indéniable de la chanson Française, a sorti un nouvel album en 2009 !


Tu as trop parlé, petit...... ton compte est bon, couic !!!!
Si un mec dans la rue te dis prochainement "ne te retourne pas".... il te restera moins d'une minute pour tenter de faire tes prières !


J'espère que tu chantes cette magnifique chanson de Joe Dassin "Les petits pains au chocolat" !!!!


Bon courage quand même !!!


 



whynot 05/12/2010 15:47



1/ Pour Henri Salvador, j'ai réalisé l'erreur 24h plus tard...


2/ Pour N. Peyrac, c'est moi qui t'avais donné l'info si mes souvenirs sont bons !


 


Pour le reste, no comment !



Coucou:0014: ♥ dom ♥ 29/11/2010 08:40



Malheureusement, pas d'embaucheur dans mes relations !
la chanson "le travail, c'est la santé", je croyais qu'elle était d'Henri Salvador !??


Bon début de semaine et bon courage ! Bisoux

dom qui rame toujours mais qui reprend espoir ...






whynot 05/12/2010 15:46



Dommage, en plus tu n'es pas trop loin toi...


 


Quant à Henri Salvador, je ne dirais que deux mots : LA HOOOOOOOOOOOONTE !!!