Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Tout Moi

  • : Et pourtant...
  • Et pourtant...
  • : Tu es beau, intelligent, riche et sévèrement membré ? Comme moi ! Tu es donc ici chez toi, fidèle lecteur ! Tu es blonde à forte poitrine (ou même brune à petite poitrine), bienvenue aussi, fidèle lectrice !
  • Contact

Profil

  • whynot

On tape la discute sur msn ?

A Lire, À Relire

3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 18:31

Salut les gens !!! Ça faisait un bail hein ?!? Enfin non, pas tout à fait dans la mesure où je ne suis plus venu me répandre ici  depuis seulement huit mois ce qui, admettons-le, est assez court en terme de bail ! (où alors, votre proprio est un truand, mais c’est une autre histoire).


Bref, la raison de cette absence prolongée, c’est Facebook (« FB » pour les intimes) ! FB et ses jeux à la con auxquels je suis rapidement devenu addict… En fait, ce ne sont pas réellement les jeux qui sont cons, mais plutôt leurs principes : « si toi vouloir progresser, toi devoir inviter moult amis pour palper moult bonus et autres avantages » (je résume hein)… La parade était toute trouvée : m’inviter moi-même par le biais de comptes factices ! Ce qui fonctionnait plutôt pas mal… jusqu’à hier, et la suppression de 14 de mes 16 comptes bidons !

 

Du coup, je me tourne à nouveau vers mon bloguounet que j’avais lâchement abandonné… mais qui continue à se porter plutôt pas mal, preuve en est la visite de 47 personnes hier (je fais quasi aussi bien que lorsque je publiais régulièrement… voire mieux) et mon superbe blogrank à 47 également !!!

 

Et si je reprends le clavier, c’est à nouveau pour Écrire (avec un grand « É ») ! Parce qu’il faut bien l’avouer, sur FB, c’est surtout le langage SMS qui y est usité (et sa j’M pa) et la « courtitude » (désolé, je suis du Poitou désormais…) des publications (et ça, j’aime pas DU TOUT) ! Et surtout, écrire, c’est pas comme le vélo, ça s’oublie rapidement… Écrire, certes, mais aussi raconter ma life, comme avant ! Et d’ailleurs, il m’en est arrivé une bien bonne cette semaine, que j’vous raconte…

 

 

Tout a commencé dans la nuit de mercredi à jeudi. J’avais décidé de passer à la postérité et pour se faire, quoi de mieux qu’avoir son nom inscrit au « guinness book of the fucking bullshit records » (en français « le livre des records ») ! En plus j’avais déjà échoué à l’entrée au « livre mondial des inventions » sous le fallacieux prétexte d’un jury imbécile me déclarant texto : « nous sommes désolés, nous ne pouvons retenir votre invention, en effet, le marteau est un objet déjà existant… » Les sots, ils n’ont même pas retenu mon innovation… Alors que « le marteau en polystyrène », même s’il n’est pas super pratique pour planter un clou, est vachement bien étudié pour les maladroits (dont je suis) : aucun risque de s’exploser un doigt ! Quelle bande de requins…

 

requin-marteau-295442.jpg

requin... marteaux, forcément !!!
MOUAH AH AH AH AH AH AH

Suis-je donc drôle tiens !

 

Pas plus de succès au livre des records : avec mes tentatives avortées du plus grand mangeur de pizza (catégorie « supplément raclette ») et du plus grand buveur de bière… Et ce malgré un entrainement intensif digne des plus grandes fêtes de la bière teutonnes….

 

bierre.jpg

Et encore, si j'avais eu plus de mains...

 

 

Bref, il ne me restait plus qu’un seul ouvrage digne de recevoir mon nom : le Kâma-Sûtra… et tant qu’à faire, inventer la 66ème position !!! Bon, j’ai échoué… par contre à force de contorsions corporelles diverses et variées, j’ai quand même réussi quelque chose : me ruiner le cou, l’épaule et une partie du dos (que j’ai large) ! Ayant perdu foi en la médecine traditionnelle depuis l’échec essuyé quant à la guérison de mon priapisme, je du me résoudre à me tourner vers une science disons… moins conventionnelle !

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRpzqQf7UIddxgNGcLEoPVFJO3SliVX9oMrv3g1gBYVmcZCoCQY

 

Donc, hier matin, devant la douleur qui me submergeait, j’utilisais donc le dernier recours : le téléphone ! Non pas que cet appareil possède des vertus thérapeutiques cachées, mais on a surtout rien trouvé de plus pratique pour joindre quelqu’un (et dans ce cas précis, un rebouteux) afin de prendre rendez-vous…

 

Car comme je l’ai écrit plus haut, j’habite une contrée reculée où, en milieu rural, il est plus aisé de trouver un rebouteux-magnétiseur-marabout qu’un médecin… et le milieu rural est fortement représenté puisque les villes dignes de ce nom ne sont pas nombreuses (l’absence d’électricité y faisant certainement beaucoup) dans ce pays de légendes où l’ont croit encore à l’Ankou, au Dahu, à la Malebête ou encore à la Ségolène, monstre emblématique des autochtones, souvent vêtue d’un tailleur rouge, elle effraie les petits enfants aussi bien que les grands (Ex : « mange ta soupe, ou j’appelle la Ségolène ») : LE POITOU !!!

 

http://images.charentelibre.fr/image/article/510x328/1005081_poutoucharentescola.jpg

Quand je vous dis qu'ils sont bizarres dans le coin...

 

Bref, vendredi 10h, rendez-vous était pris auprès d’un rebouteux qui, en l’occurrence, était une rebouteuse ! Rien que son prénom, Anita, faisait vagabonder mon imagination afin de poser un prénom sur ce « charmant » prénom…

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR-AB-FSdmtbK509bX1fnKVtllo5Av-bDTojyVHrFhKo3QOZLeJNw

Si elle me donne une pomme,
je lui colle une tarte... aux pommes !

 

Vendredi, midi, j’arrivais donc au milieu de la forêt qui abritait la pauvre masure à toit de chaume d’Anita. En la pénétrant (la masure, pas Anita, bande de pervers) j’entrai dans une salle d’attente où je ne pus m’empêcher de remarquer que, d’une part, je n’y étais pas seul (quel sens de l’observation inné) et d’autre part, que la déco était aménagée avec un style qui n’est pas le mien ! Pas de fauteuil confortables ni même de chaise austère propre aux salles d’attente des médecins habituels, ni même de « Fémina », « Auto-moto », « le Point » et autres publications coutumières de ces lieux (et dont la date de parution doit dater d’au moins 16 mois, c’est une règle inscrite en tout petit en bas du sacro-saint serment d’Hippocrate) qui ornent sempiternellement une table style fin Poher - début Pompidou.

Non, pour s’occuper l’esprit, à défaut de lire de vieux magasines dont l’intérêt égale celui que peut porter l’escargot de Bourgogne au P.I.B. du Venezuela, je pouvais lire les étiquettes des différents bocaux posés sur les nombreuses étagères bancales qui striaient le mur mieux qu’aurait pu le faire un papier peint de la fin des années 70 : bave de crapaud, larmes de crocodiles, pâté de ragondin, œil de licorne, sang menstruel séché de Ségolène sauvage, etc.

 

Autre occupation possible, considérer ceux dont je partageais l’attente afin d’établir un premier diagnostique : un bossu consultait inévitablement afin de faire disparaitre la difformité dont mère Nature s’était amusé à l’affubler (est-elle cocasse celle-ci parfois) ; ce cyclope assoupi (mais ne dormant que d’un œil, forcément) sur sa pierre en guise d’assise venait certainement pour renouveler l’ordonnance de ses lentilles de contact ; cette homme en blouse blanche, la bave aux lèvres, était assurément l’opticien dudit cyclope qui venait pour atténuer sa crise d’épilepsie ; cette femme en tailleur rouge et à la coiffure impeccable, venait certainement pour se faire à nouveau limer les dents, à moins que ce ne soit pour demander à Anita la concoction d’un maléfice visant son ex-mari ou son ex-meilleure-amie-depuis-vingt-ans…

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSdQ475s098NSnNM2Th0LFYq5gXOipghwwNya9GSY46Hv9qdA9Poi9H_fV9

 

Peu à peu, la salle se vida et j’entrai à mon tour dans l’antre du thaumaturge…

 

L’endroit était sinistre comme… heu… ben comme rien ! Rien ne peut l’être autant… ou alors un discours de François Hollande ayant pour thème l’économie nationale, ou, à la limite, le JT de Pernault… Je vous laisse donc le soin d’imaginer le décor…

 

Anita n’avait même pas pris la peine de se retourner pour me saluer, tant elle était affairée à mélanger le contenu de la marmite sans âge qui trônait au milieu d’un âtre timide qui arrivait à peine à chauffer la pièce lugubre au sein de laquelle flottait une odeur nauséabonde. « Vous préparez un onguent guérisseur dont vous avez le secret madame… ? » lui envoyais-je, plus pour briser la glace et lui faire remarquer par la même occasion que j’étais là, qu’autre chose. En fait, c’était bien pire : un pâté de Pâques (spécialité de la région, genre de croisement entre un pâté pourri et du gloubiboulga avarié) !!!

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSrD2RaNgF3GtwhdCq1h0M_1PJJmGXYeIWnlTiI0canoyE3AJ2k

Alors...? Terrible hein...?

 

Passées les politesses d’usage, nous sommes entrés dans le vif du sujet (au sens figuré du terme bien sûr, car le sujet de ce récit, c’est moi, et je refuse qu’on entre comme ça dans mon vif… je ne suis pas un garçon facile, merde alors !) :

-         alors, beau jeune homme (je compris tout de suite que cette femme avait également un sens inné de l’observation… et fort bon goût par ailleurs), qu’est-ce qui t’amène chez moi ?

-         et bien voilà : j’ai mal !

-         certes, mais où plus précisément ?

-         là ! (oui, bien sûr, là, comme ça, c'est pas évident à voir... En fait, je lui ai montré mon cou et mon épaule)

-         bien, enlève le haut, je vais regarder ça…

-         et la semaine prochaine j’enlève le bas ?!? MOUAH AH AH AH !!!!!

-        

-         désolé.

 

Une fois remis de son court évanouissement (pensez donc, c’est pas tous les jours que cette vieille femme avait l’occasion d’admirer un tel corps d’athlète), Anita commença à me masser avec une pommade. Ce fut assez rapide. J’ai senti une espèce de petite boule glisser entre mes os, comme un nœud qu’on aurait défait et… elle s’est évanouie de nouveau (faut se mettre à sa place, c’est pas tous les jours qu’on a la chance de pouvoir palper un corps de trois quarts de dieu grec… mieux qu’un demi dieu !)

-         heu… c’est fini madame ?

-         oui, oui, c’est bon.

-         ah… ben alors c’est bien ! Combien je vous dois ?

-         il n’y a pas de tarif, vous donnez ce que vous voulez !

Du coup je lui ai dédicacé une photo de moi et suis parti sans même demander la monnaie (et ouais, grand seigneur le Whynot) !


 

Ceci s’est passé hier vendredi vers midi, nous sommes samedi, vers 20 heures… et c’est encore pire qu’avant !!! On peut donner ce que l’on veut ? La prochaine fois je lui donne une tarte dans sa gueule ! En plus elle m’a filé une pommade que je conseille à tout le monde d’offrir à Noël (surtout à des personnes que vous êtes loin de porter dans votre cœur), ça s’appelle Biofreeze, je dois m’en tartiner la partie sensible (au sens propre, bande de libidineux personnages) deux fois par jour et ça brule, c’est une horreur ! C’est bien simple, j’ai l’impression que ma peau part en lambeaux à chaque application…
Anita m’a dit que tout devrait rentrer dans l’ordre d’ici dimanche soir, lundi au plus tard. C’est bien simple : si je ne constate aucune amélioration d’ici là, je la colle au bûcher moi la sorcière !!!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Champix 07/12/2011 09:33


J'espère pour toi... Moi, ça calme bien la douleur mais dès que je les arrête, elle revient... RDV vendredi pour me faire remettre ces saloperies de vertèbres et je pense que ça devrait
aller mieux après...


Je suis quasiment sur que c'est ça car j'ai mal au dos, aux épaules, au coude gauche et j'ai la troisième ou la quatrième cervicale qui craque parce qu'elle doit bouger pour essayer de
compenser le déplacement des autres...

T'imagines dans quelle detresse je suis... Je n'arrive plus à ouvrir une toche de champagne... C'est un peu comme si tu ne pouvant plus soulever une bière...

whynot 10/12/2011 11:12



Il reste encore l'intraveineuse !!!

Et c'est qui qui va te remettre tout ça en place...?



Champix 04/12/2011 10:27


Biofreeze, mort de rire, c'est un truc qui se vendait il y a 10 ans dans les "épiceries" pour les jambes lourdes...


Epaule, plus cou... J'ai à peu près les mêmes symptomes mais en plus j'ai un douleur dans le coude gauche. Je n'arrive plus à soulever une bouteille d'eau au
sommet de la crise et j'en chie comme un polak pour ouvrir une bouteille de péteux... Une misère...


Mais je pense que c'est une ou deux vertèbres de déplacées qui compriment le nerf car ce ne passe pas aux anti-inflammatoires. La douleur se calme uniquement
avec des antalgiques et encore !!!

whynot 06/12/2011 22:22



C'est ce que le toubib m'a prescrit : antalgiques et anti-inflammatoires... et j'espère que ça s'avèrera plus efficace !



:0014: ♥ dom ♥ 04/12/2011 07:36


C'est pas bien de critiquer la région qui a bien voulu de toi et t'a accueilli les bras ouverts !!!


Bon dimanche.
Bisoux

whynot 06/12/2011 22:21



Arrends, n'inversons pas les roles, c'est un HONNEUR que j'ai fait à cette misérable région de venir m'y installer !!!



:0014: ♥ dom ♥ 03/12/2011 20:19


Pas le temps, mais contente de te relire !


Si tu m'avais demandé, je t'aurais dit qu'il ne fallait pas aller à ScorB !!!


A demain ...

whynot 06/12/2011 22:20



Je le saurais pour la prochaine fois Domounette !

Tiens, je suis passé pas loin de chez toi samedi, en allant à la "chasse aux idées de cadeaux de Noël".



FLB 03/12/2011 20:06


Beau retour !


Si ça fait mal, c'est que c'est efficace....


Tu nous la présentera, lors de notre venue ???


Bisous mon namour

whynot 06/12/2011 22:19



Ben tu vois, ça a fait mal et... c'est d'la merde (comme ditait l'aut') !!!