Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Tout Moi

  • : Et pourtant...
  • Et pourtant...
  • : Tu es beau, intelligent, riche et sévèrement membré ? Comme moi ! Tu es donc ici chez toi, fidèle lecteur ! Tu es blonde à forte poitrine (ou même brune à petite poitrine), bienvenue aussi, fidèle lectrice !
  • Contact

Profil

  • whynot

On tape la discute sur msn ?

A Lire, À Relire

29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 09:28

Fidèles lecteurs, mes roudoudous chéris, mes ornithorynques polaires en sucre candy, mes amis, mes amours, mes emmerdeurs ; comme annoncé dans le titre, je confirme, je l'ai bel et bien retrouvée !

Ce n'est pas que je l'avais perdu depuis longtemps mais bon, vous savez ce que c'est, on s'habitue, on s'y attache et le manque se fait rapidement sentir... surtout après plus d'une trentaine d'années à me distraire avec...


Bref, j'avais perdu la Gaule.

 

Gaule.jpg

 

Néanmoins attention, graveleux personnages que vous êtes, n'allez pas croire des choses qui tiendraient plus de la science fiction que du domaine du possible, voire de l'imaginable : je ne fais aucunement allusion à une certaine partie de mon anatomie que mon puritanisme exacerbé m'interdit de nommer (je ne vais tout de même pas pousser la bassesse à utiliser le mot « bite » dans un texte pouvant être lu par de jeunes enfants, mon éducation bourgeoise ne me le permet pas).

 

En plus, je ne voudrais pas avoir l'air de me justifier à ce sujet, mais bon, ce n'est pas pour rien si j'ai été choisi pour interpréter le rôle phare dans l'adaptation cinématographique du célèbre dessin animé « mon petit poney » !

 

Bref, j'ai retrouvé la Gaule, d'ailleurs je la tenais encore il y a peu dans ma main. Pas la mienne bien sûr (en plus une seule main n'y suffirait pas), mais celle d'un des plus grands héros de la bande dessinée : Astérix le gaulois !

 

Gaule-2.jpg

 

Comme quoi, il est plus naturel d'avoir la Gaule avec Astérix qu'avec Lui (voir mon dernier papier) !


Mais trêve de sous-entendus licencieux et entrons dans le vif du sujet...

 

 

C'est en effet la semaine dernière qu'est sorti le 35ème album des aventures d'Astérix, « Astérix chez les pictes »

 

picte.jpeg

 

Vous vous en doutez, j'attendais la sortie de ce nouvel opus avec une vive impatience, et ce pour différentes raisons que je vais d'ailleurs m'empresser de vous exposer... à moins que vous ayez autre chose à faire bien sûr... ? Non ? Parfait, alors je continue !

Tout d'abord, en tant que bédéphile averti, un nouvel album du petit gaulois moustachu et de son compère « un peu enveloppé », ça ne se rate pas ! D'ailleurs, comment passer à côté de ce qui est devenu un véritable phénomène de société... ?

En effet, rien que pour la France, « les pictes » sont tirés à 2 000 000 d'exemplaires ( à titre de comparaison, Titeuf, une autre des plus grosse vente dans le pays, a été tiré à un million) auxquels s'ajoutent 3 000 000 pour le reste du monde !!! On est loin des 6 000 exemplaires du premier tome en 1961... Au total, ce sont plus de 320 millions d'exemplaires vendus à travers la planète en 107 langues et dialectes, rien que ça... Et encore, je vous fais grâce du nombre d'entrées cumulées pour les huit dessin animés et les 4 films (on ne doit pas être loin des 50 millions d'entrées), du C.A. Du parc qui lui est dédié (avoisinant les 2 millions d'entrées par an) ainsi que les autres produits dérivés (jeux vidéos, fringues, jouets, jeux, pub, etc. etc. etc...)

 

titeuf.jpg

Arrête Titeuf, on t'a reconnu !


Autre raison valable, j'étais curieux de voir le résultat de la première collaboration de Conrad (dessin) et Ferri (scénario), héritiers du couple mythique Goscinny-Uderzo.


Enfin, SURTOUT, je voulais savoir si ce dernier album allait ENFIN relever le niveau et réussir à me faire pardonner les trois derniers albums commis...

 

coffe.jpg

Et c'est pas moi qui le dis... mais il n'a pas tort le Jean Pierre !



Dès lors, plantons le décors : TCHAK (bruit que fait généralement un décors, à condition évidemment qu'ils soit planté correctement. Si ce son ne se fait pas entendre lorsque vous plantez un décors, c'est que l'opération a raté et que tout est à refaire) !

 

Tchak.jpg

 

Bref, TCHAK : nous sommes en 50 avant Jésus Christ (ou si vous préférez, en 2024 avant WN... d'ailleurs, commencez à vous y habituez, c'est cette échelle de mesure du temps qui sera officielle dès le 1er janvier 2014... le 1er janvier 40 quoi !) ; toute la Gaule est occupée par les romains… Toute ? Non ! Car un village peuplé d'irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l'envahisseur (pour la suite, veuillez vous référer à n'importe lequel des 34 albums précédents, merci).

J'ai beau connaître cette intro par cœur, je la relis à chaque nouvel album ; tout comme la présentation des personnages principaux d'ailleurs.

 

dita.jpg

J'ai pas trouvé l'image que je voulais, du coup... DITA !!!



Bref, en 2024 avant WN, un pêcheur du village le plus célèbre du 9ème art (d'ailleurs permettez moi d'ouvrir une petite parenthèse supplémentaire : l'hypothèse la plus communément retenue quant à l'identité réelle du village en question serait Erquy, petite ville des côtes d'Armor, non loin de Saint Brieuc, où Uderzo s'était réfugié pour fuir la famine qui faisait rage à Paris durant la seconde guerre mondiale), trouve un homme sur la plage. Dans un piteux état, il est transporté chez Panoramix, le druide, qui déduit que l'homme en question est picte (clan du nord et de l'est de l’Écosse, dont le nom signifie littéralement « homme peint », du latin « pictus »).

 

mel

Dans Braveheart, Mel Gibson était donc un picte !

 

Ce qui donne l'occasion à nos deux héros de raccompagner Mac Oloch chez lui et de vivre leurs premières aventures en Écosse (en attendant leurs première aventure dans le Poitou... parce qu'à Durocortorum, Reims pour les intimes, c'est déjà fait) !

 

amphore.jpg

Non mais quel cliché, j'vous jure...


Le scénario n'a rien d'exceptionnel, j'aurais même envie de dire qu'il s'inscrit dans la continuité des précédents... ce qui n'a rien d'un reproche, bien au contraire, je trouve que la paire Ferri-Conrad a fait des merveilles (avis qui n'est pas partagé par tous apparemment...).


Je connaissais Jean Yves Ferri à travers sa série phare « Aimé Lacapelle » (paru chez Fluide Glacial) mais aussi, SURTOUT, pour ses scénarios dans les séries « Retour à la terre », « le sens de la vis » et « Correspondances ». Le point commun entre ses trois séries c'est le dessinateur qui leur est associé,homme au talent incroyable, véritable génie du dessin (et du scénario aussi d'ailleurs) : le grandiose Manu Larcenet (dont je crois avoir déjà abordé le talent ici même une fois ou deux par le passé), dont on attend avec impatience la sortie de son prochain chef d'oeuvre... et la consécration ultime via le grand prix d'Angoulème en 2014... ?

 

ferri.jpg

Ferri à gauche et Larcenet, comme tous les gens talentueux, porte un béret !



C'est un peu ce qui m'a surpris de la part de Ferri : il ne s'est pas trop lâché au niveau des jeux de mots capilotractés dont il est pourtant coutumier. Et pourtant, mâtin, il y avait de quoi faire, notamment avec les noms des personnages, comme s'est toujours amusé à le faire Goscinny avant lui. A part ça, l'histoire tient la route, l'humour est tout de même présent et le scénariste ne s'est pas géné pour aborder les différents clichés relatifs à l’Écosse dans la psyché collective (kilt, monstre du Loch Ness (« une sorte de grosse loutre », comme dirait Obélix), coutumes et whisky...le côté pingre par contre a été mis de côté).

 

Loutre.jpg

N'empêche, ils ont des loutres plutôt balèzes en Écosse...


Côté dessin, avec Didier Conrad, on n'a pas affaire non plus à un mickey ! Pour vous faire une idée du talent du bonhomme, il suffit de lire une de ses nombreuses séries (perso, je vous conseille « les innommables » et « Cotton Kid »). Il a d'ailleurs croqué Johnny (qui campe le rôle d'un barde picte : Mac Keul.... avec cette réflexion astérixienne par excellence : « Quoi Mac Keul, qu'est-ce qu'il a Mac Keul ») ainsi que Vincent Cassel (le méchant de l'histoire : Mac Abbeh)

 

cassel

Je me dois d'être honnête : au départ, je ne les avais pas reconnus...

 

N'empêche, il y a tout de même quelque chose qui me dérange dans les dessins de ce nouvel album... On reconnaît bien sûr les personnages principaux, même les personnages nouveaux et/ou secondaires, sont dessinées avec le style Uderzo, mais il y a tout de même... un truc !

Pas un gros truc non plus (qu'on ressent également dans le dessin de Achdé, qui a pris la relève de Morris dans Lucky Luke)... mais un truc quand même !

 

Quoiqu'il en soit, ce « truc » devrait échapper aux néophytes et autres profanes de la série, qui passeront tout comme moi un excellent moment de lecture.

 

like.jpg

 

En conclusion, pour ma part, je trouve que, même si ce n'est pas le meilleur album de la série, il rattrape aisément les trois dernières « arnaques » en date :

- le 32ème album : « Astérix et la rentrée gauloise » paru en 2003, il n'était qu'une version édulcorée de la version originale prépubliée un peu partout et sortie en album en 1993.

- le 33ème album : « Le ciel lui tombe sur la tête » paru en 2005, il... heu...je ne préfère pas m'étendre d'avantage sur ce qui est considéré, à juste titre, comme le pire album de la série ! En résumé : c'est de la merde !

- le 34ème album : « l'anniversaire d'Astérix et Obélix – le livre d'or », paru en 2009, en un mot : nul ! Quelques planches « soit-disant » inédites, une histoire en pointillé, des dessins publicitaires, rien d'intéressant, mieux vaut se rabattre sur « le livre d'Astérix le gaulois », paru 10 ans plus tôt et beaucoup plus complet... et mieux fait !

 

non.jpg

 

Du coup, comparé aux trois derniers, « les pictes » fait office de chef d'oeuvre !

 

D'ailleurs, quand j'ai acheté ce dernier album, il y avait une petite vieille derrière moi avec le même ouvrage sous le bras, elle n'a pas hésité à dire au vendeur de l'espace culturel Leclerc qu'elle gardait précieusement le ticket de caisse « parce que si l'album est aussi nul que les trois autres, je vous le ramène et vous aurez intérêt à me le rembourser ! » (the mamy's power)

 

vieille.jpg

Moralité : les p'tites vieilles, faut pas les faire chier !


Pour le moment peu d'informations on filtré quant au 36ème album... néanmoins, il se murmure que le tandem Ferri-Conrad serait de nouveau aux manettes du prochain album, dont la sortie est prévue pour 2015 : « Astérix chez les bataves » !


Quant au retour des gaulois sur grand écran, ce sera pour novembre 2014, un film d'animation réalisé par l'excellent Alexandre Astier (le roi Arthur dans Kaamelott) : le domaine des dieux.

 

En conclusion, j'aurais pu vous parler des filles Goscinny et Uderzo, mais je ne veux pas user les touches de mon clavier pour si peu (en plus, en cas d'insultes, elles ont le procès facile les garces ! Hein ? Non, non, je n'ai pas dit « garce »...).

 

 

Je préfère conclure par une citation que n'a pas fait Charles de Gaulle :

« Mon seul rival international... c'est... »

 

 

asterix02.jpg

Partager cet article

Published by whynot - dans Mes bd
commenter cet article
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 16:42

Intro

 

(voilà, ça, c'est fait ! Effectivement, j'aurais pu m'étendre, pousser l'hypocrisie jusqu'à vous dire que vous m'avez manqué, que je ne vivais plus sans vous, que j'ai failli commettre l'irréparable, à savoir fermer ce blog, mais je ne peux m'y résoudre. J'aurais également pu m'excuser pour cette absence prolongée, pourquoi pas même vous mentir en jurant que ça ne se reproduira plus et que j'allais revenir régulièrement soliloquer ici, mais non.
Plus pragmatiquement, j'aurais pu vous présenter le sujet que je compte aborder aujourd'hui mais bon, il suffit de lire la suite et vous le saurez !
Bref, ne pas faire d'intro, ça me permet de gagner du temps, quant à vous, ça vous fait moins à lire ! Avouez que vous n'en trouverez pas beaucoup des gens qui prennent soin de vous à ce point...)

 

 

Hasard.jpg

 

(en fait, je voulais illustrer cette intro qui n'en n'est pas une par une super image,

mais après une bonne demi-heure de recherche sur Gougueule,

j'ai tapé "image hasard" et choisi la première...

toutes mes confuses !)

 

 

Hier (tiens, commençons par une parenthèse, voire une double parenthèse, les plus fidèles d'entre vous, en considérant qu'il en reste au moins un, savent à quel point j'adore ça. Donc, parenthèse : (j'écris « hier », en considérant la veille de l'écriture de ce papier qui ne correspond pas forcément au jour de parution du papier. Si ça se trouve, par manque de temps, je finirais demain et je publierais le lendemain. Du coup, l'hier d'aujourd'hui deviendrait l'avant veille de demain. Suis-je clair... ? Je pense que oui et que cette courte et limpide explication était nécessaire. Mais bon, pour les plus cons d'entre vous, en considérant qu'il en reste au moins plein, je vais simplifier un peu... fin de la double parenthèse là : ), c'est à dire le jeudi 26 septembre 2013 (avouez que c'est tout de même tout de suite plus clair, non...?), j'ai pris le train ! Pas dans la gueule, je vous rassure, je rassure surtout Guillaume Pepy, actuel pdg de la SNCF, un tel impact, s'il m'aurait causé une légère migraine, aurait très certainement causé de gros dégâts à une locomotive.

 

retour-futur.jpg

 

(C'est pourtant clair... tonnerre de Zeus !)

 

 

J'ai horreur du train.

Du coup, pour m'occuper l'esprit, en plus du mp3, deux solutions s'offraient à moi :
1/ acheter assez de magazines pour tenir les sept heures nécessaires à mon trajet
2/ prendre une topette de Zub bien glacée.
(les deux étant incompatibles, car j'ai remarqué qu'au bout de quelques verres de Zub, je ne sais plus lire... et de toute façon je ne vois plus les mots !)

J'ai finalement opté pour la première solution, craignant que la consommation de la seconde (traditionnellement effectuée seul, sans la compagnie de cette artificieuse Modération... enfin, j'dis ça, c'est seulement une présomption, dans la mesure où je ne l'ai que très rarement côtoyée... et encore moins bu avec elle) ne me pousse dans les bras de Morphée et ne me fasse louper l'arrêt à Vitryol-City. C'est vrai que la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg est un chef d’œuvre de l'architecture gothique (même si ma préférence va a celle de Reims bien sûr), que la bière, fut-elle allemande, coule à flot, mais je préférais tout de même éviter le terminus de la ligne !

 

 

Gym.jpg

 

(c'est nouveau : j'aime le sport !)

 

 

Bref, je me rabattais sur mes quelques magazines habituels ! Enfin, j'aurais bien voulu...

Le hors série de Fluide glacial d'une part (en même temps, chez Fluide, ils sortent plus de hors séries que de mensuels, du coup, ce serait plutôt le mensuel qui serait un hors série ! Je vous laisse réfléchir là-dessus et je continue) et le Saint Graal : l'écho des savanes !

Mais voilà, l'écho étant épuisé, j'ai du me rabattre sur autre chose...

Jokari-mag étant également épuisé (c'est con, il y avait un super reportage sur les élastiques de compétition) ainsi que curling hebdo (c'est con, il y avait de superbes photos sur la 55ème édition du championnat de monde, qui, comme tous les aficionados (tel que moi) le savent, se sont tenus au Canada en avril dernier), l'accorte libraire m'a conseillé un « nouveau » magazine : Lui !!!

 

lui.jpg

 

(On a beau dire, Lui, c'est quand même mieux que Elle !)

 

 

« WHOUA » m'exclamais-je « Lui est de retour dans les kiosques !?!? » « whoua », continuais-je en chuchotant vers l'avenante libraire, « parlez moins fort, il est tout de même question de Lui là, un magazine dans lequel on trouve plus de nichons que de jokari ou de curling, c'est un exemple, et je ne veux pas que ma réputation se ternisse, étant assez connu voire renommé à Châtel-city » (ce qui n'est pas très représentatif car, dans cette contrée reculée qu'est le Poitou, un chien peut avoir également une réputation extraordinaire dès lors qu'il arrive à se gratter l'oreille droite avec la patte gauche... ce que je sais également faire mais bon, je ne suis pas là pour entrer en compétition avec un clébard... même si celui-ci jouit d'une excellente réputation).

 

Sego.jpg

 

(Quand je pense Poitou, je pense Ségolène...)

 

 

Bref, je lâchais (difficilement... oui, je suis une pince parfois) les 2.90€ nécessaires à l'achat dudit magazine et me dirigeais vers le train, mon acquisition bien planquée au fond de ma valise (on parle de Lui quand même) et m'installais dans un endroit assez désert, dans le but évident de ne pas être dérangé dans ma lecture... et puis je n'aime pas côtoyer les autres membres de mon espèces. Quand je dis que j'ai horreur du train, c'est un mal dû, non pas au transport, mais plutôt à la promiscuité avec les autres, les gens, la plèbe quoi, je n'aime VRAIMENT pas ça !

J'allais commencer ma lecture quand un contrôleur zélé (pléonasme...?) m'a viré de ma place sous le prétexte discutable que je n'avais pas le droit de me trouver dans le poste de pilotage... non mais quel con ce type ! Bref, je trouvais une autre place au milieu de mes semblables (ou presque) et ouvrais le Lui de ce mois...

 

train.jpg

 

(C'est vrai que cet été, en Espagne, j'avais un peu merdé...)

 

 

Attention, séquence « j'ai testé pour vous » ! (là je vous demanderais d'imaginer plusieurs roulements de tambour s'il vous plaît)

Petit rappel historique : Lui est un magazine ! Pour le reste, il y a wikipedia, et comme je ne suis pas un fumier (cette fois), je vous file même le lien :

 

 LIEN


Ceci étant lu, entrons dans le vif du sujet avec un coup de rein qui m'est familier et qui a aidé à bâtir ma légende (si, si) !

Dès la couverture, le ton est donné (c'est un la) ! Quelques sujets sont mis en avant et la première de couv' est alléchante : Léa Seydoux Nue ! Non mais vous vous rendez compte, LEA SEYDOUX  !!! Je dirais même plus Léa Seydoux NUE !!! Vous réalisez un peu le truc ? C'est vrai que moi non plus j'ai pas réalisé... je ne connais pas cette fille !

Passée la couverture, on revient sur la couverture (non mais Léa Seydoux quand même), on retourne la page et là on se dit « merde, me suis planté, j'ai acheté la Redoute » ! Petit extrait :

 

Redoute.jpg

 

Page 1 : la couverture (je ne sais pas si je vous l'ai dit, mais c'est Léa Seydoux . Une inconnue (pour moi en tout cas), certes, mais vachement jolie quand même !

Page 2-3 : pub Chanel
Page 4-5 : pub Dior
Page 6-7 : pub Giorgio Armani
Page 8-9 : pub Bvlgari (pour les montres)
Page 10-11 : pub BMW

Page 12-13 : pub Bvlgari (mais pour du parfum cette fois)

 

Pub2.jpg

 

Page 14 : le sommaire ! Au moins on apprend que la nénette en couv' n'est pas nue, non, elle porte « une cape en mousseline de soie Alexandre Vauthier »... et que l'édito est en page 27. Dois-je en conclure qu'il me reste 13 pages de pub à me taper ? Naaaaaaaaaaan, j'y crois pas ! Vérifions tout de même, par acquis de conscience.

Page 15 : pub Kenzo
Page 16-17 : pub Iro (et non pas Iro... de puta)
Page 18 : suite du sommaire. Tu m'étonnes, 132 mots (oui, je les ai comptés), faut au moins deux pages pour les caser...
Page 19 : Pub terre d'Hermès
Page 20-21 : pub Zadig et Voltaire
Page 22 : le traditionnel ours
Page 23 : Pub Visa

Page 24-25 : pub Nescafé

Page 26 : pub Yves Saint Laurent

 

Pub1.jpg

 

 

Attention, page 27, première page de vraie lecture : l'édito du nouveau directeur de rédaction, Frédéric Beigbeder ! Je n'apprécie ni ne déteste pas ce mec, il m'est indifférent, c'est tout. Du coup, c'est en toute objectivité que j’aborde ses deux colonnes. Et bien elles sont très bien écrites et, enfin, ça laisse présager du meilleur pour la suite !

 

Fred-B.jpg

 

(Cet homme m'est insupportable : il est un des rares à être plus beau que moi)

 

La suite, c'est une excellente interview de Môssieur Daniel Filipacchi, un géant de l'édition, le créateur de Lui, en 1963 (ce qui ne nous rajeunit pas, je vous l'accorde... en même temps, ça ne peut pas me rajeunir puisque je n'étais même pas né) menée de main de maître par Beigbeder qui décidément monte dans mon estime.

 

geant.jpg

 

(un géant de l'édition... voilà... je... heu... bref, continuons)

 

Bon, je vous passe les quelques pages de pub... et vous pouvez m'en être gré, dans la mesure où entre la fin de l'interview page 34 et la fin du magazine page 220, 4ème de couv' comprise, il y a encore 40 pages de pub à se fader ; et regardons d'un peu plus près ce que cet objet publicitaire de Lui a nous proposer...

Au niveau des rubriques tout d'abord.

Les pages conso, des trucs très chers, moches et dont on n'a aucune utilisation (quoique le jeu de cartes noir à 87€ est très joli et les oreillettes Bose à 299,95€ ont l'air sympa), que dire des chroniques politique, cinéma, livres, musique, mode et société... ? Rien ! Leur point commun, l'écriture. C'est tellement mal écrit, les propos sont tellement partiaux, plats, pas drôles... j'avoue que je n'en n'ai pas lu une seule jusqu'au bout...

 

microlax.jpg

 

(humour de pharmacien : j'me suis fait chier !)

 

 

Deux pages ont attiré mon inattention, finement nommées « c'est qui lui » et « c'est qui elle ». Le principe, nous présenter deux personnes, un homme et une femme (chabadabada), dont on ne sait rien mais qui semblent être douées dans leurs domaines respectifs. En l’occurrence le célèbre André Choulika (« docteur ès science en virologie moléculaire et pdg de cellectis », le genre de type qui doit avoir une carte de visite format A5) et la réputée Samantha Shannon (« la nouvelle J.K.Rowling » parait-il). Je me demande si la présentation de Gérard Briochin, rempailleur de chaise dans la Creuse n'aurait pas été plus passionnante... ou moins chiante en tout cas !

 

pipe.jpg

 

(prochaine rubrique : le "c'est quoi ça" !

Indice : ce n'est pas une pipe.)

 

 

Quant aux reportages, ils sont plutôt bien écrits, bien documentés et illustrés. Le seul hic, c'est qu'ils sont totalement inintéressants... La crise mondiale serait due à la consommation abusive de coke des traders, possible, mais le sujet est un brin périmé je trouve... Enfin, c'est toujours plus récent que « la Source » (là, je dis rien, c'est assez bien foutu comme papier), mais moins actuel que wikileaks ; on trouve effectivement un sujet sur les créateurs du site... mais on s'en fout !

Si les articles sont loin de faire dresser le poil, le fond de commerce, à savoir les jeunes filles dénudées, est plutôt à la hauteur de la réputation naguère acquise de Lui. Les clichés sont à l'image des filles : sublimes ! On n'est ni dans le porno ou même l'érotique, on est dans le beau, l'artistique. Le tout en noir et blanc et sans le moindre poil qui dépasse !

 

poil.jpg

 

(femme à poil... voilà, voilà, voilà...
J'aurais pu mettre "l'origine du monde" de Courbet...
mais vous ne le méritez pas,bande de vils sacripants !)

 

En résumé : le mou des mots le poids des photos !



En conclusion, je ne sais pas quand le prochain numéro sortira (quoique, je pense que pour un mensuel, ça devrait être le mois prochain) mais ce qui est certain c'est que je ne ferai pas parti des gogos/bobos qui l'achèteront ! On est relativement loin de ce qui a fait le succès de ce magazine, un Playboy à la française. Si la ligne éditoriale continue sur sa lancée, je pense, j'espère, que cette parution n'atteindra pas le 6ème numéro... et encore, j'suis large !!!

Partager cet article

13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 09:11

NON, fidèles lecteurs, mes chéris, vous ne vous êtes pas trompés d’adresse ; vous n’êtes ni chez « Biba », ni « Elle », ni même « Femme actuelle » ou autre connerie lecture typiquement féminine du même acabit !

 

OUI, fidèles lecteurs, mes amours, c’est bien moi, Whynot, qui ai décidé de consacrer un papier aux soldes !

NON, fidèles lecteurs, mes roudoudous, je n’ai pas viré ma cuti ; comme le prouve d’ailleurs cet excellent titre au jeu de mot insoupçonnable de prime abord  :

 

 

 


(Les soldes à Louis...) 


 

Mais avant de pénétrer plus en avant le vif du thème qui nous intéresse aujourd’hui, fidèles lecteurs, mes loukoums saveur pizza-raclette, un peu d’histoire…

 

 

D'après les spécialistes du sujet, le mot « solde » aurait deux origines possibles.

 

Selon certains avis (que j’ai d’ailleurs tendance à rejoindre), à l’instar du préfet Poubelle qui aurait démocratisé l’usage de la poubelle, ou des sœurs Tatin, qui auraient crée la tarte Tatin, ou encore la sœur Vibro, qui aurait inventé le grille-pain, ce sont les sœurs Solde qui auraient laissé leur nom aux soldes.

Monique et Véronique Solde étaient au bordel de Pigalle ce que Bernard Tapis est aux tribunaux : une figure emblématique.

 

tapis.jpg

 

Malgré un physique assez disgracieux, les affaires étaient pourtant bonnes pour les deux sœurs. Et pour cause, pour combler l’handicap de la laideur dont elles étaient affublées, elles avaient trouvé une excellente parade : à chaque menstruation, elles faisaient les passes à moitié prix ! Il n’était pas rare à cette époque d’entendre à Montmartre l’info se propager par la vox populi, « les Soldes à 50% !!! » ou encore « allez, magne-toi, on va se faire les soldes !!! » etc, etc, etc. Malheureusement, la ménopause a eu raison de leur florissant marché.

 

jum.jpg

(Et encore, là, elles étaient maquillées...)

 

Une autre hypothèse, pour le moins farfelue, veut que l’inventeur du concept de Soldes soit le Français Simon Mannoury, le fondateur du grand Magasin Parisien « Le petit Saint Thomas » (ouvert en 1830 à Paris). Différentes sources indiquent qu’il aurait organisé les premières vastes opérations de déstockage saisonnier : En été et en hiver, il baissait considérablement le prix des produits en rayon. Plus tard, en 1852, « Le petit Saint Thomas » deviendra le « Bon marché » et la célèbre enseigne « Printemps » ouvrira en 1865. N’importe quoi ! Qu’est-ce qu’il ne faut pas lire comme billevesées et autres coquecigrues parfois…

 

AAA.jpg


Ceci étant dit, parlons maintenant un peu le bon françois !

 

« Solde » est un mot masculin ET féminin ! Dans le sujet qui nous intéresse, il est masculin (qu’il soit au singulier ou au pluriel), il s’utilise au féminin uniquement quand il fait référence à la paie du soldat et, par extension, à celle de certains fonctionnaires.

 

Du coup, si l’inscription « soldes exceptionnelles » figure sur la vitrine d’un magasin, n’hésitez pas à y entrer et à en faire la remarque au propriétaire des lieux. Cela ne vous vaudra certainement pas une réduction supplémentaire sur l’article que vous convoitez, mais non seulement vous pourrez vous la péter en démontrant votre érudition, mais surtout vous foutre de la gueule du mec ; et ça, ÇA, ça n’a pas de prix !!!

 

soldes.jpg

(plain d'afaire a fer !!!)

 

 

Toutefois attention, on ne part pas faire les soldes comme on part faire le Paris-Dakar, il faut un minimum de préparation et un entraînement sévère. Pour le mental, prévoyez quelques séances de yoga et pour le physique, un stage commando devrait faire l’affaire ! En effet, contrairement au Dakar, ce n’est pas le plus friqué qui gagne. Les soldes ne sont pas faites pour n’importe qui, contrairement au Dakar. D’ailleurs, on n’a jamais vu Johnny Haliday faire les soldes, par contre…

 

 

 


(sans commentaire...) 

 

 

Quand je dis « préparation », je ne fais pas référence à la comparaison des prix, aux repérages avant les soldes, ou la e-réputation de telle ou telle boutique. Comme je l’ai écrit plus haut, on n’est pas chez « Marie Claire » ici ! Par préparation, je fais surtout allusion au matériel que doit posséder tout bon amateur de soldes…

 

Car avant de ce lancer dans l’arène des soldes, le gladiateur des temps modernes doit peaufiner les armes qui feront de lui le meilleur, le dernier, celui qui reste (car c’est bien connu : il ne doit en rester qu’un) !!!

 

high.jpg

(les soldes, c'est mortel...

...sauf pour un Highlander !)

 

La paquetage doit impérativement se composer d’un plomb de pêche (d’assez gros calibre, genre 150g), d’une paire de bonnes chaussures (munies de talons, bouts pointus et semelles assez fines), d’une pince coupante et d’une bombe lacrymogène

Explication :

 

Le plomb servira à lester la veste de votre blouson et ainsi ce dernier ne vous dérangera pas pour dégainer plus vite votre carte bleue ! (j’ai vu ça dans « les ripoux » ; si ça marche avec un flingue, il n’y a pas de raison que ça ne fonctionne pas avec un portefeuille !)

 

dita3.jpg

(pas moyen de trouver la photo que je voulais...

...du coup j'ai mis Dita à la place !)

 

 

La paire de pompe, sert à écraser vos « concurrents » au sens propre du terme ! D’où l’utilité des talons (pour faire plus mal) des bouts pointus (pour asséner des coups plus douloureux que la normale) et des semelles assez fines (pour sentir les os craquer lorsque vous marcherez sur les autres) !

 

Souliers-pieds-bis.jpg

(Celle-ci par exemple, ne font ABSOLUMENT pas l'affaire !)

 

La pince coupante est à double emploi. Avec cet outil, vous pouvez ôter les antivols, et dès lors, deux solutions s’offrent à vous : soit vous pouvez « acheter » un article gratuitement, soit vous vous faites « pincer » par un vigile, il vous emmène, vous payez votre larcin et vous évitez la file d’attente à la caisse !

 

La bombe lacrymogène est la meilleure arme contre le « je-peux-vous-aider-? » et autres « vous-désirez-un-renseignement-? » qui arriveront forcément à peine la porte de la boutique franchie et beaucoup plus convainquant (et expéditif) que le traditionnel « non-merci-je-ne-fais-que-regarder ».

 

vendeuse.jpg

(lacrymo !)

 

Ces trois phrases sont symboliques de tous soldes qui se respectent ; voici un autre exemple de dialogue que l’on peut entendre dans les magasins durant cette période :

-          WOUAH, regarde, le « truc » (vous pouvez remplacer « truc » par l’article de votre choix), il est à -65% !!! (généralement, c’est la femme qui prononce cette phrase)

-          On en a déjà deux à la maison, ils sont quasi neufs (généralement, c’est l’homme qui prononce cette phrase)…

-          Oui, mais pas des comme ça !

-          Alors déjà, on n’en n’a pas besoin et en plus c’est cher !

-          Cher ?!? Un truc qui coûte seulement 150€ à la place de plus de 400€, c’est une affaire !!!

-          Mais on s’en fout, puisqu’on n’en n’a pas besoin !

-          -65%...

-          Bon, ok, prends le.

-          Au fait, tu peux me passer ta CB, je crois que j’ai laissé la mienne à la maison…

 

Avouez que c’est un grand classique.

 

vaseline-copie-1.jpg

 

Mais attention : on ne fait pas que des affaires durant les soldes  je dirai même qu’ils sont aussi l’occasion « rêvée » de se faire arnaquer… J’en ai pour preuve différents témoignages recueillis par mes soins auprès de la C.M.B.S.P.S. (Clientes Mécontentes de la Banque du Sperme Pendant les Soldes):

-          Mme Mathy : j’ai eu 50% de réduction, on voit le résultat !

-          Mme Bogdanoff : deux pour le prix d’un qu’ils disaient…

-           Mme Hollande : sans commentaire !

 

flamby.jpg

 

De plus, tout le monde ne propose pas de soldes, même les commerces les plus honnêtes, telle que la police nationale par exemple. Effectivement, si griller un feu rouge vous coûtera 135€ en temps normal, votre amende ne sera pas de 100€ en période de soldes ! Il en est de même dans d’autres milieux tout aussi honorables tels que la prostitution, les pompes funèbres, les revendeurs de drogue, etc.

 

funerailles-en-solde.jpg

 

Il existe même des endroits où les soldes sont carrément en voie de disparition, voire proscrites, comme à Ryan par exemple. Dans cette petite ville de l’oklahoma (dans le comté de Jefferson, à la frontière texane) qui compte 831 âmes (et qui a accueilli la naissance de… mais je vous laisse deviner qui) les commerçants ont décidé de ne plus offrir de période de soldes à leur client ! Une décision qui a fait grand bruit outre-atlantique et qui a vu naître nombre de manifestations dont un des slogans est resté célèbre : « il faut sauver les soldes à Ryan » !

 

ryan.jpg

(désolé...)

 

Maintenant avertis des dangers qui vous menacent et de la façon de les affronter, vous pouvez en toute sérénité vous précipiter vers les boutiques de votre choix et les dévaliser !

Dernière chose : méfiez-vous des offres trop alléchantes sur internet !!! Personnellement, pendant les soldes, j’ai commandé un développeur de pénis (mais pas pour mon usage personnel, c’est pour offrir à FLB un ami pour son anniversaire) à un prix défiant toute concurrence. Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant que le paquet contenait… une loupe ! En même temps, c’est vrai que ça agrandit bien ce truc là…

 

  loupe2.jpg

 

 

Et toi, fidèle lecteur, mon ourson en guimauve, qu’as-tu trouvé pendant les soldes… ou qu’as-tu l’intention de trouver ?!

Partager cet article

5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 15:37

Bon, ça, c’est pas nouveau ! En effet, qu’y a-t-il de mieux que la bande dessinée ?!? A l’exception de Dita Van Teese, pas grand-chose, je vous l’accorde !


 

Dita2.jpg

(c'est juste pour mon quota de Dita quotidien !)

 

Figurez-vous qu’il y a quelques mois de ça, au Cultura le plus proche, pour un certain nombre de bd achetées, nous avions un livre de poche en cadeau. Je ne me souviens plus trop les titres qui étaient disponibles… sauf un : « Dieu est un pote à moi » !

 

dieu-pote.jpg

 

 

Si cet ouvrage avait eu pour titre « Mon ami Jésus » ou encore « Dieu existe », je ne l’aurais même pas regardé ; mais là, ça m’a tout de suite parlé !

C’est un certain Cyril Massarotto qui signe ce chef-d’œuvre (ça n’engage que moi) que j’ai littéralement adoré !

 

cyril_massarotto.jpg

 

Du coup, je me suis précipité sur « Je suis l’homme le plus beau du monde », encore une réussite ; et le petit papa Noël a eu le bon goût de m’apporter deux autres de ses bouquins « la petite fille qui aimait la lumière » et son petit dernier « le premier oublié » dont je vous reparlerais (certainement) d’ici peu.

Mais en attendant, voici un court extrait de « Dieu est un pote à moi » :

 

« Salut toi

-          Mais qu’est-ce que je fais là ? T’es qui ?

-          Tu sais bien qui je suis.

-          Tu es…

-          Vas-y, dis le.

-          Tu es… Dieu ?

-          Tu vois, ce n’était pas si difficile ! Bien sûr que je suis Dieu. C’est comme ça que tu m’imaginais, non ?

-          Oui, mais de là à te voir pour de vrai… Alors tu existes vraiment ?

-          Bien sûr que j’existe !

-          Non, non, je le crois pas. C’est pas possible…

-          Allez, s’il te plait, ne fais pas comme les autres à passer des heures à te demander si c’est un rêve ou si tu es mort. Non tu n’es pas mort, oui je suis Dieu, oui j’existe, oui tu es bien en train de me parler. Tout ça n’est pas pour la télé, je ne suis pas un comédien avec une barbe blanche, il n’y a pas de caméra cachée. Que vous êtes pénibles ces derniers temps ! Avant, c’était vraiment moins compliqué… Ça y est, tu es rassuré ?

-          Je ne sais pas, je crois que j’hallucine…

-          Oh ! Qu’il est fatiguant ! Allez, je te renvoie chez toi, appelle-moi quand tu seras moins suspicieux. »

 

Il fait un petit geste de la main et me revoilà dans mon salon, assis sur mon canapé exactement comme tout à l’heure, avant que je me retrouve dans le ciel. Eh oui, je viens de me rendre compte que je parlais à Dieu, et qu’il habite dans les nuages. Comme Casimir en fait. Mais bon, en pas tout à fait pareil, Dieu il est super impressionnant, honnêtement il en jette.

 

Je crois qu’il faut que je fasse le point : j’ai trente ans, jamais eu de soucis psychiatriques, pas bu d’alcool aujourd’hui et pas consommé de drogue depuis longtemps. Alors il vient de se passer quoi, là ? J’étais en train de ne rien faire devant ma télé, et tout d’un coup, je suis aveuglé par une sorte de flash et en moins d’une seconde je suis dans le ciel, en train de parler avec un vieux mec qui, selon toute vraisemblance, est Dieu. En tout cas, c’est le mec qui ressemble le plus à Dieu que j’aie jamais rencontré. Et puis, il faut se rendre à l’évidence, je ne vois pas qui d’autre aurait pu faire une chose pareille, la téléportation et le décor… C’est sûr, c’est bien lui. Alors là, c’est la meilleure ! Dieu m’a appelé, il m’a fait venir chez lui, il m’a parlé ! Incroyable ! Je suis une sorte de prophète ou quoi ? Il veut certainement me transmettre un message à délivrer au reste de l’Humanité ou quelque chose dans le genre… Il faut que je sache. Je vais l’appeler comme il m’a dit de le faire :

 

« Euh… Dieu ? »

Le même flash que tout à l’heure et me revoilà devant lui :

« Alors, tu t’es calmé ?

-          Attends, mets-toi à ma place, rencontrer Dieu, ça fait quelque chose ! Un peu comme la fois où j’ai vu Ophélie Winter pour de vrai dans la rue…

-          Merci de la comparaison…

-          Non mais tu comprends ce que je veux dire ! C’est pas que je te compare, c’était pour donner un exemple !

-          Oui, oui, j’avais compris, je peu te taquiner un peu, non ?

-          Parce que Dieu, ça taquine ?

-          Ne dis pas « ça » quand tu parles de moi s’il te plait, je ne suis pas un objet. Mais en effet, je taquine, comme tu dis. Je rigole même, et je fais des blagues aussi ! Tu verras avec le temps que je ne suis pas du tout comme tu m’imagines.

-          Là je t’avoue que je m’attends à tout… Au fait, tu préfèrerais peut-être que je te dise vous, non ?

-          Pas besoin, de toute façon tu t’es déjà habitué à me dire tu. Je ne crains pas le manque de respect tu sais, je n’ai pas vraiment les mêmes sentiments que vous, les hommes, à ce niveau là pas de problème d’ego puisque je suis Tout. Enfin, c’est une façon de parler, comment t’expliquer… ? Tu vois, mon plus gros problème quand je choisis de parler avec quelqu’un, c’est de faire abstraction de l’immense majorité de ce que je fais pour simplement parvenir à me faire comprendre. C’est un exercice de style assez fatiguant.

-          Ah ! Parce que tu ressens des trucs physiquement et moralement ?

-          Evidemment. Mais si tu le veux bien, on en reparlera plus tard, quand tu seras prêt.

-          Et je serai prêt quand ?

-          Dans peu de temps, rassure-toi.

-          C’est zarbi quand même… ah, pardon, zarbi ça veut dire bizarre, c’est du verlan. Ah pardon, verlan ça veut dire…

-          Non mais tu me prends pour qui ? Ton voisin de palier, un vendeur d’aspirateur à domicile ? Je te rappelle que je suis Dieu. Je parle toutes les langues, tous les dialectes, je comprends et je sais tout ce qui sort de la bouche de tous les Hommes. Voici le Savoir numéro Un : en ce qui vous concerne, vous les Hommes, je suis omniscient. Tu sais ce que ça veut dire ?

-          A priori, que tu sais tout sur nous.

-          Bravo ! Tu as intégré le Savoir Numéro Un.

-          Ouais super, j’ai gagné quoi ?

-          Je peux rallonger ton sexe de quelques centimètres, tu es partant ? Allez, ça ne sera pas de trop…

-          C’est pas possible d’être aussi vulgaire ! Je sais pas, fais quelque chose, tu devrais tenir ton rand de Dieu quand même ! Y’a pas une déontologie des dieux, un comportement approprié ?

-          Alors voici deux choses de plus à retenir pour toi : Savoir numéro Deux, il n’y a qu’un Dieu, c’est moi. Savoir numéro Trois, tout ce qui a trait aux Hommes, c’est moi, donc je peux tout me permettre. L’amour, c’est moi, la poésie c’est moi, la vulgarité c’est aussi moi, la littérature c’est moi, la musique c’est moi, l’humour c’est moi…

-          La modestie c’est quelqu’un d’autre apparemment…

-          Tu es vraiment comme je te savais. Tu balances des vannes à Dieu, sans le moindre scrupule ! Essaie de te rendre compte : tu te moques de Dieu !

-          En même temps je me sens tellement à l’aise avec toi, comme si on se connaissait déjà…

-          C’est normal, tous ceux qui me rencontrent ont cette impression. J’ai toujours veillé sur toi comme sur vous tous. Je te connais mieux que tu ne te connais. Je suis un peu ton père, un peu tes amis, on est en famille quand on est ensemble.

-          C'est-à-dire ?

-          C'est-à-dire que tu me connais toi aussi. Tu existes, donc tu me connais. Je suis un peu de toi, et toi un peu de moi. Mais je vais te laisser tranquille un moment, tu y repenseras au calme. Avant de te quitter, je te livre le Savoir numéro Quatre, qui est aussi le dernier : tu ne dois pas accorder à notre rencontre plus d’importance qu’elle n’en a réellement. Tu comprendras avec le temps, comme le reste. Allez, à bientôt. »

 

 

La suite ne vous coûtera pas plus de 6,50€ en édition de poche ! Avouez que ce serait dommage de s'en passer, non...? Allez, faites vous plaisir !!!

Partager cet article

Published by whynot - dans Mes bouquins
commenter cet article
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 17:32

Mes salutations respectueuses et distinguées, fidèles lecteurs, mes canards en sucre ! Nous sommes au début de cette nouvelle année (alors si ça c’est pas du scoop) et, comme au début des précédentes, les choses s’enchaînent, sur le même rythme, comme d’habitude…

 

Mais NON, fidèles lecteurs, mon lapin, je ne sombre ni dans le Claude François ni même dans la mélancolie ; c’est juste un état de fait, une constatation. Constatons donc ensemble.

 

 

Alors que votre foie aura mis 6 jours à digérer tout ce que vous avez pu engloutir lors du réveillon de Noël, v’la t’y pas qu’il faut recommencer ! C’est cyclique : cinquante semaines à se priver, deux semaines à s’empiffrer auxquelles succédera une semaine à s’en remettre à grands coups de citrate de bétaïne saveur citron, « parce que le gout est meilleur »… alors que pas du tout : nature on dirait du plâtre pétillant et citron on dirait du liquide vaisselle pétillant (et je sais de quoi je parle, j’ai déjà bu du palmolive vaisselle, un premier janvier justement, vers 3g du matin) !

 

kloug.JPG

(c'est vrai que le kloug est assez indigeste... surtout suivi de dobitchu)

 

Au pire, aux solutions médicales, vous pouvez préférer les vieux trucs de grand-mères (tel que la cuillère d’huile d’olive avant l’orgie ou le jogging après) ou encore le vaudou. Pour cette dernière astuce, rien de plus simple : il suffit de fabriquer une poupée en terre glaise à votre effigie (la poupée, pas la terre glaise) et de planter des aiguilles au niveau du foie (de la poupée, pas de vous) ; radical ! Enfin, à ce qu’il parait, ma superstition exacerbée m’interdit d’en venir à de telles extrémités… malgré l’état déplorable de ce qu’il reste de mon pauvre foie.

 

sego.jpg

(c'est exactement le modèle que je veux)

 

En ce qui me concerne, je donne dans le classique : deux aspirines avant la beuverie le repas et le « mal de cheveux » est supportable le lendemain. Par contre, le guronsan est à proscrire absolument (testé et désapprouvé) !!!

Au pire vous avez le « Whynot’s way of life » ! Pour cela, deux solutions :

1)      rallumer la chaudière ! Au petit déj’, remplacez le thé ou café (comme dirait Catherine Ceylac) par la boisson dont vous avez « légèrement » abusé la veille… s’il en reste ! Bon, ça ne fait pas disparaître la gueule de bois, mais au moins ça la repousse de quelques heures !

2)      ne vous levez pas (ma préférée) !

 

lit.jpg

(les nombreux coussins de ce lit me semblent particulièrement confortables !)

 

Si néanmoins vous êtes obligés de vous lever car, inconscient comme vous l’êtes, vous avez pris une charge la veille d’un jour travaillé (sont-ils sots ceux-ci), il existe tout de même une solution. Prenez simplement rendez-vous avec votre toubib et expliquez-lui que vous souffrez de veisalgie et que vous avez besoin d’un jour (minimum) de repos. Si votre docteur est un minimum compatissant (après, c’est aussi à vous de bien jouer la comédie), il l’indiquera sur votre arrêt de travail et à vous la journée récupératrice de glandouille sur le canapé avec du bouillon et la playstation ! En plus votre employeur n’est pas censé savoir que la veisalgie et le nom « scientifique » de… la gueule de bois !

 

 

694-gueule-de-bois.jpg

 

 

 

Mais bon, là n’est pas le sujet du jour ou plutôt devrais-je dire le MARRONNIER du jour ! « Mais qu’appelles-tu donc « marronnier » mon Whynotounet adoré ?!? » vous demandez-vous certainement, braves et fidèles lecteurs (mais cessez de m’appeler de la sorte, ça me gêne).

 

Et bien c’est un terme couramment usité dans le milieu de l’information telle que, par exemple, la PQR à qui j’ai fait l’honneur de mon talent il y a quelques années et ce pendant quelques années également (PQR = Presse Quotidienne Régionale, à ne pas confondre avec « Petite Quéquette Rabougrie, à laquelle je n’ai jamais collaboré pour d’évidentes raisons de surqualification)

 

Blog-PQ.jpg

(ne pas confondre PQ et PQR... malgré certaines ressemblances parfois.)

 

 

La PQR est un boulot au sein duquel je ressentais un certain bien hêtre mais bon, j’avais beau me porter comme un charme, à un moment ça a senti le sapin et j’ai arrêté. J’arrête également de moissonner le champ lexical arboricole car je sens bien poindre une once d’agacement. Mais rassurez-vous, je ne le prends pas mal… y’a pas d’mélèze (désolé) !

 

arbre.jpg

 

Bref le marronnier désigne un sujet récurent qui fait régulièrement la une de nos JT… ou de la PQR susnommée.

Illustrons le propos par quelques exemples (et ils sont nombreux pour ne pas dire innombrables) : la rentrée début septembre, les vendanges fin septembre, Noël (généralement en décembre), les soldes (au moment des soldes, mais avec les soldes flottantes, on s’y perde un peu), les vacances, la crise dans les campings et chez les restaurateurs durant celles-ci, les comas éthyliques de FLB, etc, etc, etc…

D’ailleurs je me posais encore la question pas plus tard qu’il n’y a pas longtemps : la météo serait-elle en passe de devenir un marronnier (mais à un terme beaucoup plus court) ? Parce qu’une bonne douzaine de bulletins météo par jour et par chaîne, sept jour sur sept, ça fait « limite un peu » beaucoup à force ! Surtout qu’il suffit de mettre le nez (ou n’importe quelle autre partie du corps d’ailleurs, le plus efficace étant les yeux, mais après c’est vous qui voyez) dehors pour constater par soi-même le temps qu’il fait.

 

Et que dire de la profondeur dans l’étude du sujet : « cet hiver il fait froid et il neige » oh mon dieu, c’est pas vrai ?!? « Cet été il y a du soleil et il fait chaud » QUOUA, pas croyab’ !!! « La pluie, ça mouille » mais comment c’est possib’ ?!?

 

Les présentatrices (et tateurs) sont même devenu des « pipoles », on en croise dans toutes les bonnes réceptions de l’ambassadeur de base, au même titre que les Ferrero ! Sur combien de plateaux télé a-t-on pu admirer Catherine Laborde en tenue de soirée… La seule femme au monde qui met des décolletés où on lui voit le nombril et un début de touffe pubienne sans voir l’ombre de la naissance du début d’un sein !

 

dita1.jpg

(pas moyen de trouver la photo que je voulais...

...du coup j'ai mis Dita à la place ! Pas d'objection...?)

 

Mais bon, revenons au sujet dont j’avoue m’éloigner aussi prestement qu’un chat face à un aspirateur en marche (analogie que le félin partage d’ailleurs avec l’homme) ;

mon marronnier à moi, c’est…..

(roulements de tambour)

(en fa dièse même)

Les bonnes (ou pas) résolutions !

 

Vous savez les promesse que l’on (se) fait à chaque fin d’année et que l’on arrive toujours à tenir… au moins la première semaine de l’année. En fait ces résolutions sont au quidam ce que les programmes électoraux sont aux candidats aux présidentielles : du vent ! N’empêche, à chaque fois qu’elles sont énoncées, on félicite leurs auteurs respectifs et on y croit… ou pas !

 

menteur_h.jpg

 

C’est à ce moment précis du récit que se pointe un GROS problème : je n’ai pris encore aucune bonne résolution… Ce qui conclue mon papier en eau de boudin à la manière d’Edika dans ses bd !

 

Bon, évidemment, je pourrais énoncer que je vais arrêter de fumer (mais j’aime trop fumer), que je vais maigrir (mais j’aime trop manger), que je vais arrêter les jeux vidéo (mais j’aime trop jouer), que je vais arrêter de manger mes crottes de nez (mais je ne mange pas mes crottes de nez… z’avez eu peur hein ?) ou que je vais me mettre au sport (ça encore, c’est dans le domaine du possible : je reprendrais bien les fléchettes), mais non, rien de rien !

Du coup, si vous aviez une idée à me soumettre, je suis preneur ! D’ailleurs, fidèles lecteurs, faites péter : c’est quoi votre résolution à vous ?!?

Pour ma part, après mure réflexion (matérialisée par une clope et une bière sur le perron de la porte), je crois tout de même avoir quelques idées réalisables : venir plus régulièrement ici, lancer le DWC5, acheter une bd par semaine, se montrer un peu plus économe (ce qui est assez incompatible avec la proposition précédente, je vous l’accorde) ou alors, le mieux, changer de télé pour un modèle à meilleure… résolution !

 

ancienne_television.jpg

Partager cet article

23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 10:35

(je tiens à préciser que ce titre ne veut absolument rien dire et que toute ressemblance avec le nom d’une entreprise (pourrie) existant ou ayant existé, serait totalement indépendant de ma volonté, absolument fortuit, bref, un putain de coup du sort… ou pas ! Ceci étant dit, fermons cette parenthèse : ici --> )

 

Lettre ouverte au Père Noël...

 

 

Cher petit papa Noël, ou plutôt devrais-je dire… Jean Michel Pichon !!! Et oui, mon p’tit gars, je t’ai mis à jour, j’ai découvert ton identité secrète, ou plutôt L’UNE de tes identités secrètes, on m’la fait pas à moi !

 

mere-noel-sexy.jpg

La "hot" de Noël

 

Je sais que tu travailles au black sur un certain nombre de chalutiers, allant jusqu’à usurper un grade en te faisant appeler « Cap’tain Igloo » ! Je sais aussi que tu t’es essayé à la politique sous le nom de « Robert Hue » (un patronyme aussi ridicule ne pouvait qu’être un nom d’emprunt) ! Je ne serais pas surpris également que tu courres le cachet en interprétant « Gandalf » dans « Le seigneurs des anneaux »…

 

gandalf-santa-claus.jpg

(Il y a un détail qui t'a trahi)

 

Mais revenons à ton premier « emploi » : Père Noël.

Déjà, monsieur est domicilié au Pôle Nord, paradis fiscal tellement reconnu, que je ne serais même pas surpris d’y voir débarquer notre Depardieu (ex)national vêtu de fourrures et de peaux de phoque pour faire plus couleur locale et s’y installer peinard ! En plus, cumuler 24 heures de boulot par an et avoir droit à un véhicule traîneau de fonction, je ne suis pas sûr que ce soit très légal ça… Je pense que l’IRS serait ravi d’avoir de plus amples détails…

 

Depardieu.jpg

 

…diverses associations d’aide aux personnes handicapées également ! Car laisse-moi te dire que faire bosser des malheureux atteint de nanisme et les forcer à s’habiller comme des sacs pour faire croire que ce sont de « gentils lutins », c’est pas joli joli tout ça… Et pour un salaire de misère de surcroît… quand salaire il y a ! Et figure-toi que j’ai des preuves de ce que j’avance, j’ai retrouvé un de tes ex-employés. Ayant trouvé la force de s’enfuir après de longues années de maltraitance, il a été recueilli par un vieil homme, non loin de la Rochelle.


Mais ses années d’esclavage dans ton camp de travail ont eu raison de sa santé mentale ; désormais il déambule toute la journée dans un vieux fort désert en comptant sur ses doigts des clés imaginaires. Pauvre homme…

 

255106_10200092660139686_438608966_n.jpg

 

Tu commences à saisir où je veux en venir ? Avec le dossier que j’ai monté sur toi, je n’ai que quelques coups de fil à donner pour qu’Interpole te colle au cul plus sûrement qu’un morpion ! Et encore, ça, c’est dans le meilleur des cas. J’ai parmi mes connaissances, deux amis gérontophiles, Boubakar et Bamako, fortement membrés (comme leurs noms l’indiquent) et qui adorent les petits barbus joufflus, surtout habillés en rouge. Eux aussi pourraient te coller au cul…

 

s-SAV-OMAR-FRED-large.jpg

(Ben alors, tu viens plus aux soirées...?)

 

 

Mais suis-je donc sot, j’ai oublié de me présenter : Whynot !

 

Alors, fumier, tu me remets ? Hiver 1983 (vers le 25 décembre si mes souvenirs sont bons), tu te rappelles, ordure ? Un petit village perdu au fin fond du bocage champenois, tu te souviens, salaud ?Ce petit garçon très beau, d’une intelligence rare et déjà pourvu d’un sexe outrageusement démesuré, tu ne peux pas avoir oublié, socialiste !

 

Oui, cet enfant c’était moi ! Moi qui t’avais commandé le Big Jim Super Agent Secret 004, capable de changer de visage (6 visages au total) et qui, à la place, avait reçu une mallette de peinture !!!

 

SPY05.JPG

(Toute une époque...)

 

 

Et encore, si cette infamie avait été la seule que j’eus à essuyer, passe encore, MAIS NON, c’était juste la première d’une looooongue série… Laisse-moi te rafraîchir la mémoire avec quelques dates (liste non exhaustive, évidemment) :

 

Noël 2007 : j’avais commandé une smart-box « lieux de débauche et de luxure dans le Périgord », j’ai eu un parfum à la place !

Noël 2008 : je voulais le dernier PC portable Asus, avec un son qui déchire tout, à la place, j’ai reçu… un parfum !
Noël 2009 : à la place du paquet cadeau avec Adriana Karembeu et Eve Angeli dedans, j’ai eu… un parfum !
Noël 2010 : j’avais demandé une playstation 3, et j’ai reçu… un parfum !
Noël 2011 : pour éviter une nouvelle désillusion, j’avais juste demandé un parfum. J’ai reçu un Big Gim S.A.S.004 !

 

 

 

Et que dire du Noël 1994, quand j’avais commandé une Seat Ibiza Cupra (toute jaune, ça a trop d’la gueule… enfin, ça en avait en 94 en tout cas) et… j’ai rencontré ma femme ! Si ça c’est pas du vice…

 

Ibiza-Cupra-Tdi-1.jpg

 

Cette année, je ne demande pas la lune (comme je l’avais déjà fait en 2006… mais j’avais eu un parfum à la place), mais un truc tout simple : pourrais-tu, je te prie, faire exploser ma boite (dont le nom est habilement dissimulé quelque part dans ce papier)… ? Le 26, ça serait parfait, je ne bosse pas ce jour là ! Ou au pire atomiser une collègue (dont je tairai le nom, mais tu sais forcément à qui je fais allusion) pour rendre mon boulot plus supportable…

 

boum.gif

 

Si, pour des raisons (ridicules) d’éthique ça ne t’est pas possible, un aquarium fera parfaitement l’affaire (mais pas en dessous de 200 litres, te fous pas de ma gueule non plus) !
Et pour finir, si le 25décembre je trouve un flacon de parfum dans mes Converse sache que partout où tu pourrais aller, malgré toute intervention de chirurgie esthétique et l’adoption d’une garde-robe plus classique ; tu ne serais plus jamais en sécurité !

 

aquarium.jpg

 

Bon ben voilà, plus que deux jours à attendre pour voir si mon ultimatum a fonctionné.
Et vous, à part une photo de moi nu et dédicacée, vous avez commandé quoi à Jean Michel Pichon ?!?

Partager cet article

19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 09:20

 (avant toute chose, je tiens à préciser qu’il est fort possible que ce titre ait déjà été utilisé… et qu’en plus il ne soit même pas de moi ! Si tel est le cas et qu’on m’en fait la remarque, je ferais semblant d’être surpris et puis c’est tout !)

 

 

Comme tu le sais très certainement, fidèle lecteur, après demain, ce sera la fin du monde ! Ou, en d’autres termes autrement plus explicites : on va tous mourir (à part peut-être moi, parce que je suis chez Amaguiz) !!! Une exclamation qui n’est pas sans soulever moult interrogations et constatations (et autres mots finnissant en "tion").

 

 

Mais avant toute chose (bis), commençons par une petite zik de circonstance (ce qui signifie, pour les nouveaux fidèles lecteurs qui ne connaissent pas encore les us et coutumes de ce magnifique bloguounet, que ce procédé à peine hypocrite est destiné à vous faire patienter pendant les quelques minutes que va durer votre lecture, tant il est vrai que je me suis peut-être "un peu" étendu sur le sujet...) :

 

 


 

 

 

Débutons par un peu d’histoire…

 

Ce sont aux mayas à qui l’on doit cette prédiction ; cette civilisation d’Amérique centrale, qui s’étendait sur une superficie équivalente à celle de L’Allemagne et qui remonte à plusieurs milliers d’années, était calée en architecture, agriculture et astronomie (par contre, les mecs, c’était même pas la peine de leur demander de changer les bougies d’allumage d’une twingo, il est de notoriété publique que les mayas étaient de sacrées billes en mécanique automobile).

 

calendrier.jpg

 

Les fouilles archéologiques effectuées de par le monde, nous permettent d’en apprendre un peu plus sur ce peuple assez méconnu. Par exemple, récemment, en région parisienne, on a découvert que jamais, et j’ai bien dit JAMAIS, les mayas n’avaient vécu dans le coin ! Etonnant, non… ? Mais bon, assez inintéressant, je vous l’accorde. Par contre, des fouilles sur le site de Tchakakan, ont permis au professeur Jumel (né sous le signe du gémeau bien sûr) de déterminer certaines spécificités jusqu’alors inconnues.

Par exemple, l’année maya ne comptait que l’équivalent de trois mois pour nous, le temps d’une saison, ils en observaient d’ailleurs le même cycle. Il y avait donc l’année verte (l’année de l’été, rapport à la couleur des feuillages), l’année rouge (l’automne, pour les mêmes raisons) et l’année droite (l’hiver, en référence aux troncs des arbres, droits comme des « i » une fois dépourvus de feuilles). La quatrième était nommée Vie (pour le renouveau de la nature au printemps). En cette dernière année/saison, tout n’était que fêtes et réjouissances, de la reine au plus misérable des mendiants, tous étaient heureux, d’où le proverbe « tout le monde est gai dans l’année Vie » !

 

navy.jpg

 

Contrairement aux moments des solstices où l’ambiance était beaucoup plus austère et pour cause : pour honorer les dieux, une jeune vierge était sacrifiée sur l’autel sacré ; d’où la célèbre expression : « une maya l’an Droit, une maya l’an Vert » !

 

tricot.jpg

 

Aujourd’hui encore, on peut rencontrer des descendants de la grande civilisation maya (plutôt en Amérique centrale, genre Guatemala, Mexique ou Honduras, qu’au troquet du coin à Meudon, je vous l’accorde). Beaucoup pensent que les mayas ont été exterminés par les espagnols, mais en fait, ils n’ont fait que changer de territoire ; ils ont eu maille à partir avec les espagnols alors les mayas partirent, mais sans les espagnols on s’en doute.

 

Mais revenons au cœur du sujet qui nous intéresse aujourd’hui : le 21 décembre 2012.

 

C’est sous le règne de la reine Beill que fut arrêtée cette date. En effet, la Beill était loin d’être folle ! Elle a calculé le nombre de jours qu’il nous restait à vivre en se basant sur… heu… ben… on n’en sait toujours trop rien aujourd’hui encore en fait ! Toujours est-il que son nom a traversé les siècle, tant c’était une grand reine maya, la Beill !

 

maya.jpg

(désolé...)

 

 

Mais trêve de billevesées, fariboles et autres coquecigrues et recentrons quelque peu le débat. En effet, en nous annonçant la date de la fin du monde, c’est un cadeau empoisonné que les mayas nous ont fait…

 

Le côté « positif » (si j’ose dire), c’est qu’il y a tout de même un indéniable avantage à connaître le jour de sa mort, ne serait-ce que pour organiser au mieux ses propres obsèques. Déjà on peut réserver son emplacement (orienté plein sud) et opter pour un cercueil en or sur lequel sera plantée une stèle en platine avec une croix en peau de couille véritable (pour que les voisins soient jaloux)… et en plus on peut régler avec un chèque postdaté au 22 décembre ! Autre exemple, le 21, j’irais au boulot, comme d’habitude ; mais la principale différence à cette habitude, seul un œil averti pourra la déceler : je serai juste vêtu d’un caleçon, une cravate et une tête de Titi pour faire mes adieux à la direction !

 

president.jpg

(au revoir, au revoir, présideeeeennnnnt)

 

 

J’ai plein d’autres exemple en tête, mais tant pis, passons aux côtés négatifs. Pour ma part, je n’en vois que deux. Le premier, et pas des moindres, c’est qu’on va tous mourir ! Le second, c’est que nous savons le jour de la fin du monde, mais pas l’heure !!! Et ça, ÇA… ben… c’est con.

 

Sera-ce (si, si, ça se dit) en tout début de journée, genre 2 ou 3 heures du mat’, ou au contraire en fin de journée, genre 22 ou 23 heures ? Ou alors bien pire : juste avant l’heure de l’apéro !!! Déjà que ça tombe un vendredi et que ça nous nique un week-end, alors si EN PLUS on n’a pas « l’apéro du condamné », c’est carrément triple peine !

 

Et comment se comporter le jour J ? Grave question… qui en amène d’ailleurs beaucoup d’autres !

   - dois-je éviter toute la journée de me doucher, histoire de ne pas apparaître nu devant Saint Pierre le gel douche à la main ? (en plus ça lui collerait de sacrés complexes, un coup à me faire refuser l’entrée ça)

   - si j’ai une érection à l’instant « t », l’aurais-je dans l’au-delà pour l’éternité ? (auquel cas, prévenez Marilyn Monroe de mon arrivée imminente)

   - dois-je éviter de manger chili con carne, choucroute, cassoulet et autre mets dans le genre la veille, de peur de louper le spectacle le lendemain en étant aux toilettes ? (en plus, froc sur les pompes et rouleau de PQ à la main, c’est limite devant Saint Pierre également)

   - est-ce qu’exceptionnellement Auchan fermera plus tard ?

   - « moi président, il n’y aura pas de fin du monde en France en 2012 », l’ai-je rêvé ou l’a-t-il vraiment déclaré ? (auquel cas, il y a du souci à se faire…)

   - Est-ce que pour l’occasion TF1 organisera une émission spéciale avec tout plein d’invité qui vanteront la sortie de tout plein d’albums de duos et autres reprises ?

   - Mon aller simple pour aller m’installer sur une colonie lunaire et ainsi être sauvé, que j’ai acheté une fortune le mois dernier, est-ce vraiment une arnaque ?

   - Si tout à coup je me retrouve dans un tunnel, que se passera t-il si je ne vais pas vers la lumière au bout ?

   - S’il y a seulement deux survivants, moi et Suzanne Boyle, serais-je vraiment obligé de perpétuer la race humaine ?

 

Suzanne.jpg

(ne te réjouis pas trop vite, Suzanne, je n'ai jamais dit que j'étais d'accord !)

 

 

Car effectivement, fidèles lecteurs, la fin du monde, oui, mais pas pour tout le monde !

D’un côté nous avons les prévoyants, ceux qui, à l’instar de Tom Cruise, Mel Gibson, Woody Harrelson et autres millionnaires excentriques, sont prêts, à l’abri dans leur bunker anti-atomique, anti-radiation, anti-séisme, anti-tout en un mot, et pourvu de nourriture pour un bout de temps ; et de l’autre côté nous avons les veinards, ceux qui ont la chance d’habiter à Bugarach (petit village de deux cents âmes à peine à une quarantaine de kilomètres au sud de Carcassonne), seul endroit de toute la planète qui serait épargné selon tous les mystiques… et l’office du tourisme bugarachois !

 

bugarach.jpg

 

Epargné, certes, mais de quoi ?!? Car si on connaît (approximativement) le moment, on n’a aucune idée de la façon. Pandémie ? Troisième guerre mondiale ? Séismes et tsunamis géants ? Pénurie de bière ? Nouvel album de Nolwenn Leroy ? Collision avec un astéroïde qui entraînerait la destruction de la Terre ? Dans ce dernier cas, il y a tout de même un truc que j’ai du mal à piger : toute la planète serait rayée du système solaire SAUF Bugarach, qui continuerait à tourner peinard autour du soleil !

 

buga2.jpg



Pour conclure, et pour faire simple au possible, je dirais simplement qu’on verra le moment voulu ! Logiquement, tout devrait bien se passer et la vie continuera son cours (tout du moins je l’espère, puisque c’est le lendemain de la fin du monde que je dois remonter vers ma Champagne natale et adorée), puisque les 182 autres fins du monde annoncées jusqu’ici (véridique… si, si, je ne raconte pas tout le temps QUE des conneries non plus) n’étaient que des fausses alertes !

 

Prochain papier en ligne ce week-end… si bien sûr nous sommes toujours là !

 

De toute façon, ce vendredi, rien d’inhabituel pour moi : je serai au taf ! Et vous, isolés dans un bunker, en voyage gastronomique dans le sud-ouest (vers Bugarach par exemple), suicide ou… rien ?!?


 

prout.png

Partager cet article

15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 15:04

La vache, comment ça sent le renfermé là-dedans !!! Je dirais même que ça sent le fennec ! Mais attention, pas n’importe quel fennec : celui qui a pris une averse sur le coin de la gueule avant de mourir dans une décharge en vomissant ses glaires par une journée super chaude… et en plus il pue des pieds (enfin, des pattes quoi) !



En même temps, c’est « un peu » normal, dans la mesure où ça doit faire huit mois que je ne suis pas venu, que je n’ai même pas ouvert les fenêtres… ni la porte d’ailleurs, et pour cause, j’avais paumé mes clés (comprendre : oublié mes identifiants) !

Qu’est-ce que ça a changé dans le quartier, pas mal de voisins ont déménagé apparemment… Bon, j’espère que le proprio n’a pas l’intention de passer d’ici peu, parce que c’est un de ces bordels là-dedans…

 

J’aurais du ranger un peu avant de claquer la porte la dernière fois… en plus c’est super dangereux toutes ces canettes et bouteilles de Zub vides qui traînent partout, c’est un coup à se casser la gueule ça… et ça sent le tabac froid ! Et en parlant de tabac, mes plants d’her… enfin, mes ficus, sont tous crevés, les lampes à iode ont claqué. Et où ai-je pu fourrer mes traditionnels crayons bleus et violets ?!?  Ah, ils sont là !

 

Tout ce courrier en retard, toutes ces enveloppes à ouvrir, toutes ces photos d’admiratrices (la plupart du temps entièrement nues) qu’elles contiennent et qu’il va me falloir trier et ranger avec les millions d’autres…

Et ça alors, mais qu’est-ce que c’est que ÇA ?!? Je ne me souviens pas avoir accroché toutes ces pubs avant de partir !?!

Allez, un peu (beaucoup) de rangement, un peu (énormément) de ménage, un peu (abondamment) de ravitaillement en bières et Zub et j’attaque un nouveau papier !!!


Et d’ailleurs, j’attaque par quoi : Noël ou fin du monde… ? Z’en pensez quoi vous, fidèles lecteurs… en espérant qu’il en reste au moins un ou deux !

Partager cet article

19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 12:48

Sont-elles perfides, veules, manipulatrices et empruntes d’une bassesse toute féminine… Qui ? Mais les femmes bien sûr (what else) ! Tenez, prenons un exemple concret : ma chérie dont je suis sûr, après maintes vérifications, qu’elle fait bel et bien partie de cette engeance (et tant qu’à faire, je préfère).

 

Hier encore, elle me glissait un amoureux « je t’aime » dans le creux de mon oreille (que j’ai d’ailleurs assez développée… tout comme les autres extrémités de mon corps). Ce à quoi j’ai naturellement répondu que moi aussi bien sûr, je m’aime d’un amour sans borne. Et bien figurez-vous que pas plus tard que ce matin, elle m’a demandé de faire la vaisselle, à MOI, un homme (ce que je confirme être après quelques vérifications sommaires) !

 

Non mais où va-t-on, je vous le demande (mais ne vous sentez pas obligés de répondre, je m’en charge par la suite et pas plus tard que maintenant) ?!? Aura-t-on également le droit à « mon chéri, si on se mariait ? Tiens, tu peux mettre la table s’il te plait… ? » ou encore « mon amour, on fait un bébé ? Au fait tu peux passer l’aspirateur s’il te plait… ? »

 

Vous allez voir que si ça continue, en rentrant à la maison après une dure journée de labeur, il faudra DEMANDER à ce qu’on nous apporte l’apéro ! Et pourquoi ne pas nous le servir NOUS-MÊME pendant qu’on y est !?!

 

J’en vois déjà certaines me lancer des « sexiste », « macho » et autres « phallocrate », mais que nenni ! Je suis pour l’égalité des sexes et le droit de la femme (sauf pour Isabelle Alonso, parce qu’il faut pas déconner non plus). Comme je le dis toujours : la Femme est l’égale de l’Homme… de Neandertal, voire Cro-Magnon pour les plus évoluées d’entre elles (si, si, il y en a) !

 

Je suis également loin d’être un réac, je suis même de ceux qui sont pour accorder aux femmes le droit de vote (du moins pour les élections locales dans un premier temps) et le droit à l’éducation (histoire qu’on puisse converser ensemble de temps en temps, quand on sait qu’une large majorité d’entre elles ne sait même pas ce qu’est un hors-jeu de position, z’avez qu’à voir le niveau d’inculture de ces bougresses) !

 

Et pourtant, Mâtin, elles sont à la tête du pays de par les postes stratégiques qu’elles occupent majoritairement ! Qui dit « pouvoir d’achat » (dont les médias nous rabâchent les oreilles depuis des mois à longueur de journée) dit consommation. Qui dit consommation dit grande surface. Or, vous constaterez comme moi que les caissières sont plus nombreuses que les caissiers ! D’ici à dire qu’elles sont responsables de tout ça, il n’y a qu’un pas…

 

Pareillement, niveau natalité, ce sont elles qui, généralement, donnent la vie ! Il y a bien eu une tentative du docteur Arbogast en 1995 sur le docteur Hesse, mais malgré la réussite du projet, les scientifiques (surtout les femmes, allez comprendre…) ont minimisé l’exploit, les traitresses !

 

Et l’Allemagne, pays exemplaire pour notre (futur ex) président, n’est-il pas dirigé par une femme… ? (sur ce coup là, je n’ai pas vérifié, mais je préfère faire confiance… suis pas zoophile moi)

Alors comme ça, ça a une poitrine opulente, un fessier rebondi et des lèvres pulpeuses et ça suffirait à diriger le monde ?!? Alors qu’elles incarnent le mal, le côté obscur de la planète ! Et je le prouve : les belle-mères sont toujours des femmes !!!

 

 

Alors, amis hommes, INDIGNONS-NOUS !!!!!

Mais pas avant demain,

pour le moment je dois aller faire la vaisselle...

Partager cet article

6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 05:51

…comme l’a si souvent fait remarquer feu ce masochiste de Jacques Martin lorsque, tous les dimanches, il se faisait reprendre de volée (sous l’œil complice du caméscope de papa) par un de ces gniards qu’affectionne tant la ménagère de plus de 50 ans. Oui, les enfants sont formidables, comme aime à le répéter le religieux pédophile moyen (pléonasme). Déjà il est évident que côté allocations familiales, le gosse est plus rentable que le clébard, fut-il de race et au pédigrée long comme mon ardoise au troquet du coin (et je parle bien du canidé, pas du gosse).

 

 

Ce n’est pas de la sagesse, du calme et/ou de la correction enfantine dont je souhaite faire les louanges et ce pour la bonne, excellente et unique raison que ces qualités sont chez l’enfant ce que la girafe polaire, le hamster de traineau ou encore l’escargot de combat sont dans le bestiaire terrien : assez rares.

 

 

Je passerai également sous silence sa sotte innocence qui lui fait préférer un œuf Kinder à un bœuf bourguignon, Gulli à Dorcel Chanel ou une sieste à une partie de baise (ce en quoi il rejoint le comportement de certains de ses ainés.

 

 

Certes, ils sont formidables, et à plus d’un titre, mais là où ils excellent, c’est bien dans le rôle que nous autres, adultes, leur faisons endosser régulièrement, celui de prétexte, d’excuse, en un mot : ..........

 

 

 

La suite ?

 

C'est ICI que ça se passe !!!

Partager cet article

Published by whynot - dans Mon cinéma
commenter cet article